Mercredi 30 Sept 2020
22:54
[S'inscrire]  [Mon Profil]  [Messages privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]

Recherche avancée
 
Ecussons
Autocollants
Polos
Retour au site
Retour au forum

Cette version du forum n'est désormais accessible que pour lire les passionants échanges et partage de techniques qui ont déjà été rédigées ici.

Pour participer aux échanges interscouts, merci d'utiliser
le nouveau forum

 

          
Aller à 1|2 Page suivante
Auteur
Cinquantièmes hurlants / Diamants du Canada
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Si vous avez lu les livres suivants, cela m'intéresse d'avoir vos réactions. (Cela permet à un auteur de s'améliorer au fil du temps).

Le Piège des Cinquantièmes hurlants
Les Seigneurs rebelles
Le Chemin des Glaces
Les Diamants du Canada

Cool nez qui s'allonge Méchant confus un vrai saint hé hé ! sifflote je rougis
J'adore ! taré Content ! Content ! Kesskispass ? Rage ! Extra ! Mega top ! Trop top ! Merci
Grrr Bravo Youpie ! Hi hi ! Tu sors ! Punching ball éléphant rose
voilà à l'aide Pan ! Applaudir ! Brûlez-le !! tout rouge C'est la fête ! Ca va s'enflammer
tu es pitoyable Personne ne m'aime Vieil homme


0
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Achille
Modérateur

Nous a rejoints le : 19 Déc 2008
Messages : 529

Réside à : Les nefs achéennes
Patientez...

Lynx, précise que tu es toi-même l'auteur des livres présentés ci-dessus. Tout le monde ne le sait peut-être pas Clin d'oeil
1
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis roi des myrmidons  Profil de Achille  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Je ne tenais pas particulièrement à le faire. intello
Quand les gens me connaissent, ils savent que je ne parle pas de mes livres pour m'imposer mais plutôt pour progresser. barbare

Après tout, tu me donnes l'occasion de le préciser. Ce n'est peut-être pas plus mal. Merci

Ce qui me plait avec ce forum, c'est que j'y côtoie des gens éduqués qui savent motiver leurs jugements.
Dire seulement "j'ai aimé" ou "j'ai détesté", ne sert pas à grand chose. J'ai pu constater à plusieurs reprises que les critiques bonnes ou mauvaises étaient "éclairées", c'est ce que je recherche.
T'as qu'à te pendre !
2
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Loup_r
Joyeux membre
  
TECHNIQUE: 25 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Mer : Gabier
Nous a rejoints le : 09 Juil 2009
Messages : 224

Réside à : Adieu vieille Europe
Patientez...

Citation:
Le 2009-11-11 13:38:00, Achille a écrit :

Lynx, précise que tu es toi-même l'auteur des livres présentés ci-dessus. Tout le monde ne le sait peut-être pas Clin d'oeil


Merci Achille de cette précision, j'étais justement en train de m'interroger sur la raison de la question.

Maintenant tout est clair. Je peux retourner à mes activités.
Bonne nuit !
3
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis ex FSE  Profil de Loup_r  Message privé      Répondre en citant
Why not
Membre notoire
  
TECHNIQUE: 25 points
BONNE HUMEUR: 21 points
Cité : Orateur
Nous a rejoints le : 07 Oct 2009
Messages : 59

Réside à : Clermont-Ferrand
1
Patientez...

Ben j'avoue que je n'ai pas lu ces bouquins, par contre j'aime bien ta BD... je ne peux pas m'empêcher de frémir au moment où le vieillard dit : "tirez pas sur l'ambulance". Sors-moi de l'incertitude, est-ce qu'il se fait tuer à la fin ?
Citation:
Le 2009-11-11 13:29:00, Lynx 2 a écrit :

Vieil homme
4
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de Why not  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Ma BD ?

Il est vrai que j'en ai fait une, mais c'est à usage privé et ce n'est jamais sorti de la famille.

Il doit y avoir une erreur.
5
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Cher Why not. Décidément, je ne suis pas doué. Je viens seulement de comprendre le sens de ton message.
6
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
buffle_m
Bovidae
  
TECHNIQUE: 33 points
BONNE HUMEUR: 38 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 13 Fév 2008
Messages : 4 251

Réside à : ROANNE
Patientez...

C'est quoi comme style de livre? Je ne connais pas du tout.
Remarque, je suis plus BD que bouquin, mais la, je ne vois vraiment pas.
Tes livres se trouvent ou? Si un jour, je veux en acheter un...
7
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis FSE  Profil de buffle_m  Voir le site web de buffle_m  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Ces livres se trouvent aux Éditions Téqui, collection Défi.

Tu peux consulter les sites suivants :

http://www.librairietequi.com Jeunesse collection défi
Amazon -- Chapitre -- Laprocure -- Priceminister -- Carnet2bord -- Bief -- 123loisirs -- Decitre -- Siloe -- Librairie catholique -- lafnac -- etc.

Pendant que j'y suis, et c'est tout nouveau, j'annonce la sortie d'un livre fait en commun avec d'autres auteurs
(Élisabeth Bourgois, Jean-Luc Angélis, Yves Meaudre, Laetitia de Barbeyrac, Laure Angélis, Axel vachon)

Content ! Content ! Saute C'est la fête !

Contes et Merveilles de Noël aux Éditions Tempora.

On peut le trouver sur les sites suivants :

Editions Tempora ..--.. Placedeslibraires

8
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
petit bouc
Grand membre
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Cité : Citoyen
Nous a rejoints le : 28 Mai 2007
Messages : 572

Réside à : Dijon
Patientez...

Bonjour!
J'ai lu les trois premiers livres cités, mais le dernier doit être plus récent, non?
toujours est il que j'ai beaucoup aimé, les personnages sont attachants, et le fait qu'on les retrouve dans plusieurs aventures est sympa...
bravo!! Extra !
9
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis guide d'europe  Profil de petit bouc  Message privé      Répondre en citant
Freyja
Progressant
  
TECHNIQUE: 20 points
BONNE HUMEUR: 20 points
Mer : Matelot
Nous a rejoints le : 25 Mars 2011
Messages : 21

Réside à : Rennes
1
Patientez...

« Si vous avez lu les livres suivants, cela m'intéresse d'avoir vos réactions. (Cela permet à un auteur de s'améliorer au fil du temps).

Le Piège des Cinquantièmes hurlants
Les Seigneurs rebelles
Le Chemin des Glaces
Les Diamants du Canada
»



J'ai lu un des livres suivants, Le Piège des Cinquantièmes hurlants. Je ne sais si ma réaction vous intéresse et si vous la lirez – ce fuseau me paraissant un peu déserté depuis un moment... Bigre ! depuis presque deux ans ! En tout cas, la voici :

1) Pourquoi j'ai acheté ce bouquin :

.D'abord à cause de la collection. Défi m'a fourni six bouquins que j'ai beaucoup aimés : Ondine 1, 2 et 3, Le Saphir étoilé, Des Blasons pour le Hérisson et Une chambre vide... J'ai trouvé Le Renard de Combes et Le Choix pas mal. En revanche, j'ai trouvé Le Testament des cœurs fidèles et L'Île d'Arthur archi-nuls. En résumé, la qualité des six premiers m'a décidée.
.Ensuite à cause des dessins. J'aime tout ce que fait Marion Raynaud de Prigny. C'est d'ailleurs à mes yeux la seule bonne illustratrice de la collection Défi.
.Enfin à cause de l'auteur et de ce que j'ai pu lire de lui sur le forum.

Le résumé n'a pas été l'élément décisif, il a à peine fait pencher la balance en faveur de l'achat du livre.

2) Ce que j'en ai pensé :

C'est un bon bouquin, qui se lit vite et bien et procure assez de plaisir pour ne pas s'ennuyer lors d'un long baby-sitting. Si je devais lui mettre une note, ce serait 12/20.

.Pourquoi autant et pourquoi si peu ?

L'auteur sait écrire, il n'y a pas de doute. Il semble maîtriser parfaitement ou presque la langue française, ce qui est une première dans tous les livres que j'ai lus de la collection Défi – ah ! non, j'oubliais Bruno Saint-Hill... Des Blasons... est plutôt bien écrit aussi, et je me demande par qui...

Ce qui manque cependant dans Le Piège..., c'est quelque chose qui fasse que le récit ne soit pas le récit de base qu'on peut avoir en dictée en classe de cinquième... Quelque chose en plus que j'appellerais le style. J'ai eu l'impression de quelque chose de très scolaire, de très didactique.

De plus, la description des îles Kerguelen est aussi très didactique, comme si l'auteur nous ressortait une leçon de géographie apprise par cœur, avec tous les petits détails qu'il a glanés ça et là dans des livres et/ou sur Internet.

L'histoire en elle-même n'est pas extrêmement intéressante, et les titres des chapitres ne laissent guère place à l'imagination et à la surprise. Même si tout était un peu couru d'avance...

Il y a autre chose qui m'a légèrement beaucoup énervée tout au long de l'histoire, c'est ça :

« – Nous ne pourrons le savoir que demain, en faisant une petite reconnaissance autour de la maison. Voici ce que je suggère : demain, repos et repérage des lieux proches. Nous en profiterons pour nous organiser. Comme nous ne savons pas où nous sommes, ni à combien de kilomètres se trouve le premier lieu habité, il va falloir surveiller de très près nos réserves de nourriture. D'autant que si nous ne trouvons aucun habitant à la ronde, il faudra nous résoudre à tenter une expédition. Et dans ce cas, nous devrons laisser une réserve pour d'éventuels voyageurs dans l'embarras comme nous. Le scout est économe et prend soin du bien d'autrui. Pour cela, nous irons sur la plage pour rassembler les débris de notre dinghy et essayer d'en tirer quelque chose. Il faut que nous fabriquions des sacs à dos et une tente. Avec les couvertures qu'il y a ici, nous sommes parés pour l'aventure, déclare Maïko. »

Si rien ne vous choque dans cet extrait, tant mieux pour vous, mais moi si, et c'est ça : le « déclare Maïko » de la fin. On est obligé d'aller voir à la fin de la longue réplique pour savoir qui parle. Et c'est comme ça tout du long ! C'est la première fois que je vois ça et je peux vous dire que c'est franchement agaçant.

.Les personnages :

Alors là, dans le genre boy-scouts bien sages et propres sur eux, les personnages sont réussis. O. K., se sont des scouts ; est-ce pour cela qu'il doivent être aussi lisses et impersonnels ? J'ai rarement vu des personnages de roman avec aussi peu de personnalité. Les trois garçons et les deux filles sont quasiment interchangeables tant ils diffèrent peu les uns des autres. Seul trait de caractère observé : l'orgueil de Maïko, tellement exagéré qu'il en devient caricatural et peu convaincant. D'ailleurs, je l'aurais plutôt vu avec les cheveux longs – seul bémol aux très bonnes illustrations de M. R. de P.

Des personnages trop parfaits, donc bien pâlichons à mon goût, sans évolution personnelle, qui m'ont presque fait regretter cette peste moralisatrice d'Enora et ce puritain aux cœur et corps de glace d'Arnoult, deux des personnages les plus insupportables à mes yeux de toute la littérature.

3) Ce que j'en ai retenu :

L'auteur a bien appris sa grammaire ; l'auteur s'est parfaitement documenté sur les îles Kerguelen et nous a resservi tout ce qu'il a appris dessus ; l'auteur aime les personnages « purs et droits comme des épées ». En gros, l'auteur a réussi à pondre un livre éditable qui avait des chances de plaire à un certain public. Le livre a été édité. A-t-il plu ? À moi, moyennement – assez pour me donner quand même envie de le finir (il faut dire que je n'avais rien d'autre à faire), pas assez pour m'inciter à le relire et à acheter la suite. Car, il faut bien le dire, l'histoire manque singulièrement d'intérêt.

Vous avez demandé des réactions, voilà la mienne. Comme les tirs de fusil à lunette étaient acceptés, je pense que je pouvais me permettre cette légère critique. Mais enfin, on n'est pas toujours compris par les gens de son époque...

(Là encore, je n'ai pas fait preuve d'humilité. Mais je suis une des peu nombreuses personnes à avoir réagi, c'est toujours ça.)
10
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Guide d'Europe  Profil de Freyja  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
2
Patientez...

Bonjour Freya,
D'abord un grand merci pour ton commentaire. N'aie aucun souci concernant ta franchise, c'est le seul moyen pour un auteur d'évoluer, et si ma foi, il ne sait prendre les critiques... tant pis pour lui.
Afin de commenter, je t'explique le contexte de la mise au monde du manuscrit. Il te permettra de comprendre que les lecteurs se font des idées toutes faites sur la façon dont les livres naissent, et parfois se trompent.
Les premières lignes sont nées quand j'avais onze ou douze ans, et que mon regard s'était attardé sur un planisphère joliment coloré que mon père avait épinglé au mur de ma chambre (je crois que j'avais dû crayonner sur la tapisserie...). Notre famille a pas mal déménagé (une vingtaine ou une trentaine de fois, je ne sais plus), et une des façons que nous avions de retrouver nos marques rapidement était de replanter le décor de nos chambres là où nous allions (donc la carte). Te dire qu'il m'a fallu faire des recherches au sujet des Kerguelens pour écrire le manuscrit serait inapproprié, j'ai vécu dans ses îles par l'imagination pendant toute mon enfance. Précision, Internet n'existait pas, et puis, cela aurait tué le rêve. Les livres, les articles, ça oui.
Sans toujours avoir à remanier le livre, l'histoire, je n'ai cessé de la refaire dans ma tête au gré des incidents de ma propre vie. C'est ainsi qu'un auteur écrit, avec sa vie, avec ses tripes, sans calcul, sans idée d'être édité, juste pour lui-même, pour le plaisir, par un besoin vital.
C'est au cours d'un des nombreux changements d'école que je me suis lié d'amitié avec une camarade d'école internationale avec qui j'ai fait les 400 coups. Un an après, on bougeait et... alors quoi ? Alors rien, sinon qu'un grand vide s'est créé autour de moi pour de nombreuses années. Il est très difficile d'être sans cesse le "nouveau" partout où l'on va. A l'époque pas de mixité en France, l'enfer pour moi du "va jouer avec tes petits camarades" (je me faisais casser la g...). A cette époque, c'est courant.
Maïko, c'est un peu moi. Si ce personnage te parait exagéré, c'est que nos expériences sont différentes, et que mon écriture était encore bien maladroite.
Cela n'a pas fait de moi un être rancunier, car j'ai une famille soudée, bienveillante, croyante, composée de gens qui ont certes leurs défauts, mais qui veulent les dépasser. Ce sont peut-être ces personnages qui tournent autour de Maïko que tu trouves "genre boy-scouts bien sages et propres sur eux. La jeunesse de mon style d'écriture explique sans doute que tu les aies trouvés "lisses et impersonnels". Dire qu'ils manquent de personnalité me semble excessif. Moi, ce sont les bienveillants que je recherche. Toute histoire doit-elle comporter des affreux ? Pourtant, c'est vrai que mes romans suivants sont plus variés, même si j'ai toujours en horreur les anti-héros.
La grammaire. Autre tranche de vie. Après avoir été un élève botté aux fesses par ses parents pour passer de classe en classe, je suis tombé en première sur un professeur de Français qu'il faut qualifier de "révélation" dans le genre "miracle de Lourdes". Là, j'ai bossé avec un plaisir sans nom. Pas la grammaire, voyons ! le style, l'esthétique de la langue pour le plaisir qu'elle procure, et j'ai peaufiné mon manuscrit, mais jamais dans l'esprit de le faire éditer. Un rêve, c'est pour soi.
Un de mes scouts est tombé sur un de mes manuscrits de science fiction mal foutu et l'a montré à notre aumônier. L'aumônier, c'était Jean Valbert, le numéro 3 des Signes de Piste. Par enchaînement, j'ai reçu une lettre de Jean-Louis Foncine qui ne m'en disait pas que du mal (litote, il était particulièrement aimable dans sa lettre). Là, j'ai commencé à penser que je pouvais essayer d'éditer mes manuscrits... C'est encore un autre livre qui a été choisi "La Paix n'est qu'un sursis".
Plus tard, Téqui a accepté "Le piège des Cinquantièmes hurlants".
Je te cite "En gros, l'auteur a réussi à pondre un livre éditable qui avait des chances de plaire à un certain public. Le livre a été édité."
"Réussir à pondre" ! Quel plaisir aurais-je à pondre ?
J'ai eu beaucoup de chance d'avoir Marion Raynaud de Prigny pour illustratrice, ce qui explique mon petit succès... et tu vois, je continue.
Merci de tes remarques, elles m'aideront sûrement à progresser.
11
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
CASTORE
Rongeur

Nous a rejoints le : 08 Fév 2005
Messages : 3 258

Réside à : wwwest
Patientez...

Ah tiens, en lisant Freyja, je m'aperçois que moi aussi j'ai lu le piège des 50 èmes hurlants;

Ca ne m'a pas franchement marqué, sauf le cadre qui me fait souvenir du livre.Les îles Kerguelen, j'ai trouvé cela une idée fameuse, ça m'avait toujours fait rêver. Sourire

12
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis RIAUMONT un jour...  Profil de CASTORE  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

Je n'ai pas lu tes livres.

Je ne peux te dire que bravo et bon courage pour la suite, pas pour l'écriture (pas facile, mais pas insurmontable) mais pour la publication et la vente (le plus ardu).

Auteur moi même, je peux dire qu'on est souvent déçu par l'intérêt du lectorat potentiel.

Toute critique bonne ou mauvaise est bénéfique pour l'auteur.

Attention, si tes personnages sont des scouts ne fait pas une « ressucée » des auteurs réputés, n'écris pas du sous Dalens ou du sous Foncine. Même pour une présentation, résumée en quelque lignes, toute référence historique doit être rigoureuse et dépasser ce qu'on trouve dans n'importe quelle encyclopédie, le lecteur doit découvrir une nouveauté, une anecdote méconnue*. Aujourd'hui, l'accès aux documents d'archives est plus aisé qu'autrefois. Tu peux te rendre au Service Historique de la Défense, à Vincennes, il suffit de demander une carte de lecteur à l'accueil ; aux Archives nationales et départementales, Internet, sous réserve de bien recouper les informations, etc..

Ceci, n'est qu'un exemple :
* Présentes-tu Kerguélen de Trémarec, Saint-Alloüarn (second de l'expédition) fais-tu allusion à Boisguehenneuc, à Rosily-Mesros, parles-tu de leurs navires la Fortune et le Gros Ventre ; donnes-tu les coordonnées géographique de l'archipel, des précisions sur sa faune, sa flore, son climat ?

Si tu écris les livres que tu aimerais lire, tu as compris où se trouve ton rêve. Toutefois, il est difficile de le partager avec tous. Un roman c'est comme la nourriture, il faut qu'il y ait à manger pour tout le monde et même s'il n'y a qu'un plat, certains n'en aimeront qu'une partie.

Je le répète, n'ayant pas lu ces livres, je me suis basé sur les critiques ci-dessus, mon appréciation a peu de valeur et mon propos n'est pas de démonter ton œuvre.

Pour l'anecdote, j'ai fait remarquer, à un auteur très connu, des anachronismes (c'était aussi incongru qu'une montre à quartz au poignet de Vercingétorix) dans un de ses romans historiques. Il m'a gentiment répondu que j'avais raison et qu'il en tiendrait compte.

Que tout ça ne t'empêche pas de continuer.

Amitiés sincères et fraternelles.
13
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Merci à tous deux, Castore et Blizzard.
Mon souci en lançant le fuseau est simplement d'échanger sur tel ou tel de mes livres, afin que je puisse juger de mon évolution en me soumettant au regard des autres.
Avec Le Piège des Cinquantièmes (tome 1 de Kerguelen), je faisais ma deuxième entrée dans la phase "édition". J'avais déjà appris une foule de choses, mais il en restait encore autant à apprendre (il en reste toujours).
Pour la documentation, à Paris, à l'époque de mes études sup, j'ai fréquenté la Bibliothèque Nationale affublé de la mention "chercheur" par une secrétaire zélée. Aujourd'hui, j'utilise Internet bien entendu, mais avec circonspection (il y a à la fois des merveilles et des erreurs), mes chères encyclopédies et les rapports directs et vécus (afin de mêler théorie et pratique, avec l'écart que l'on sait).
Mon imagination ne m'a jamais fait défaut jusqu'ici. Pour le reste, l'écriture, le style, c'est pour n'importe lequel d'entre nous une question de don et de travail, l'un aidant l'autre.
En fait, je cherche l'alchimie du rapport auteur lecteur, sans perdre mon âme à vouloir trop plaire. La discussion et l'échange me paraissent les bons canaux.
14
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

Tu as bien raison, il ne faut pas « prostituer » ton talent.

L'aventure, le rêve ne sont pas qu'au-delà de l'horizon, souvent ils sont au fond du jardin ou le voyage est intérieur.

Oppose, La guerre des boutons, La bande des Ayacks à la saga du prince Éric et l'œuvre de Jules Verne. Si les aventures sont comparables, seuls changent les lieux et les moyens et la recette reste la même. Susciter l'intérêt, c'est provoquer l'impatience du lecteur en attendant la suite ou une autre aventure. Il faut donner l'envie de tourner la page suivante.

Passe au « gueuloir », lis pour toi à haute voix, puis à un auditoire, tu t'apercevras tout de suite si le texte te fait trébucher, puis s'il provoque agacement et baillements de ton public. Fais relire à plusieurs personnes.

Aère ton texte. Quand il s'agit de descriptif, ce n'est pas évident, on veut trop en dire pour être le plus précis possible, finalement on ne fait qu'embrouiller le lecteur. Synthétise autant que nécessaire ce peut, sans tomber dans le style télégraphiste. Mais, ce sont là des bases que tu connais.

Et puis si c'est en forgeant qu'on devient forgeron, tu peux le transposer à l'écriture.
15
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
1
Patientez...

Merci Blizzard,
Passer au "gueuloir", l'idée est bonne.
C'est d'ailleurs amusant de constater que je le fais pour des lettres ou des discours de mariage, mais que je n'y avais pas pensé pour mes manuscrits.
C'est vrai qu'on se rend compte tout de suite si on "trébuche", selon ton expression.

Pour le descriptif, il y a une évolution qui s'est produite ces dernières années. Alors qu'avant, il était impossible d'avoir un livre sans la moindre description de paysages, il en existe aujourd'hui à foison. Changement opéré par certains auteurs sous la pression de lecteurs qui veulent de l'action et qui, au cours de leur lecture, sautent le "descriptif". C'est assez navrant, car on va vers une bougeotte incessante à la manière des blockbusters américains qui étourdissent le spectateur dans l'idée évidente de l'empêcher de réfléchir à l'absurdité de l'action.

Le rythme donné au récit des livres semble suivre la même évolution que les films. Il suffit de voir un film des années 50/60 et un film actuel. Le rythme même de la vie n'est plus le même.

Très curieux aussi de constater que cela n'ennuie plus un auteur de mettre systématiquement une conjonction de coordination en début de phrase, alors qu'elle est censée relier deux propositions (elle doit donc être précédée d'une simple virgule, sauf cas d'exceptions, bien sûr). La lecture n'a plus tout à fait la même respiration.

Exemple : Il est beau. Mais il est stupide et nous n'irons pas avec lui.
Il est beau, mais il est stupide. Et nous n'irons pas avec lui.
Il est beau, mais il est stupide, et nous n'irons pas avec lui.

La première phrase est péremptoire, très vache.
La deuxième est une constatation affligeante, suivie d'une conséquence lâche.
La dernière phrase est en principe la bonne. Elle fait la parenthèse sur le défaut, et découle sur la décision.

Donc, cela peut être un effet de style d'utiliser l'une ou l'autre des phrases. En revanche, le recours systématique aux deux premières n'est que le signe d'un appauvrissement de l'expression.
16
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

Ta remarque, concernant la conjonction de coordination en début de phrase est pertinente, il est préférable d'y substituer : cependant, toutefois.

Le descriptif est nécessaire, à condition de ne pas tomber dans les excès de Victor Hugo et d'une manière générale des auteurs du XIXe siècle. Ils devaient bien en passer par là car il y avait peu d'images et illustrations dans les livres. Ne parlons pas de la photo encore balbutiante. L'absence de description, à part très succincte, dans les livres démontre l'habitude prise de ne plus regarder, on se contente de voir, comme d'entendre au lieu d'écouter. Regarder, c'est une perte de temps, alors comment inciter à contempler ?

Hugo savait, grâce à sa plume, décrire les lieux et restituer leurs ambiances, avec parfois le défaut de faire perdre le fil de l'intrigue.

Aujourd'hui les gens sont pressés, ils veulent être revenus avant de partir. Pour les livres c'est pareil, ils doivent être lus avant de les ouvrir.
Ch. de Gaulle disait à propos des prix littéraires : « Il faut les avoir dans sa bibliothèque, non pas pour les lire, mais pour les avoir lu. »

Appauvrissement de l'expression, mais aussi du vocabulaire et du langage. La grammaire, l'orthographe et la conjugaison sont déjà bien malmenés ! La syntaxe et la sémantique ? Veuillez rester poli ! Mort de Rire

Sans vouloir te vexer, je ne suis pas parfait non plus., ta phrase ne serait-elle pas mieux écrite ainsi : Pour le descriptif, une évolution s'est produite ces dernières années. au lieu de « Pour le descriptif, il y a une évolution qui s'est produite ces dernières années. » Tu dis la même chose en économisant quatre mots et six espaces et la phrase « coule » mieux. Ça permet de toiletter le texte, de l'alléger. Ce n'est pas facile, il faut acquérir de nouveaux réflexes.

Dans la mesure du possible dans un texte en français préfères les guillemets français « » aux anglais ? " dans ce cas n'oublies pas qu'il y en a aussi des ouvrants ? et des fermants ". Je te conseille le Lexique des règles typographiques en usage à l'Imprimerie nationale, hélas défunte. Tu peux certainement le trouver chez un libraire.

L'ennui est que le logiciel du forum ne reconnaît pas tous les signes typographiques.

Tous ça, n'est pas critiques, mais échanges entre auteurs.




17
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
CASTORE
Rongeur

Nous a rejoints le : 08 Fév 2005
Messages : 3 258

Réside à : wwwest
Patientez...

Certes, le rythme des films est plus effréné aujourd'hui qu'il y a 30 ans...en général.

Mais il reste toujours des spectateurs qui se délecteront à regarder Rohmer.

J'ai bien du mal à vous suivre sur les généralités sur "le lecteur".

Il y a plusieurs sortes de lecteurs, Dieu merci, et bien des genres en littérature.

Et les gros pavés avec descriptions ont encore des beaux jours devant eux : Harry Potter, combien de pages? PD James, reine du polar, combien de pages?

Tour dépend du public visé peut être.

Mais franchement, ne sous estimez pas les lecteurs,y compris les jeunes.

Le pavé d'Enora n'a rebuté aucun de ceux à qui je l'ai offert, ni la série des "Hornblower" (plus descriptif des conditions de vie sur les voiliers du XIX ème siècle, tu meurs! Grand sourire ) Dumas et Jules Vernes font encore rêver.

Ecrire pour "la masse" est un mythe.
Trouver "son" créneau par contre, peut etre difficile Sourire
18
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis RIAUMONT un jour...  Profil de CASTORE  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
1
Patientez...

Castore, il n'est pas dit que ces auteurs ne font plus rêver.

La spécialisation à l'instar de P. O'Brien s'adresse à un public intéressé par les aventures de marins ou par la marine à voile.

Si l'écriture tous publics existe, ça ne veut pas dire que tous les lecteurs sont enthousiastes ou inconditionnels de l'auteur.

Tu as aussi Féval, Zévaco, Sue, Malot, etc. Plus près de nous P. Benoit, Loti, Zola (qui me barbe), Kessel et tant d'autres.

Soyons objectifs, le lecteur ne lit que les livres qu'il a envie de lire, sauf s'il y est contraint pour ses études. Quand il y a contrainte, la conséquence est souvent le rejet.

Il en faut pour tous les goûts, mais tout le monde n'est pas obligé d'aimer.
19
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
CASTORE
Rongeur

Nous a rejoints le : 08 Fév 2005
Messages : 3 258

Réside à : wwwest
Patientez...

Hornblower, c'est C.S.Forester : bien plus digeste qu'O Brien

Je réagissais aux généralités que tu as écrites

Citation:
L'absence de description, à part très succincte, dans les livres démontre l'habitude prise de ne plus regarder, on se contente de voir, comme d'entendre au lieu d'écouter. Regarder, c'est une perte de temps, alors comment inciter à contempler ?
...
Aujourd'hui les gens sont pressés, ils veulent être revenus avant de partir. Pour les livres c'est pareil, ils doivent être lus avant de les ouvrir.


Heureuse de voir que l'écrit a dépassé ta pensée!

Donc oui, il en faut pour tous les goûts et il y a encore suffisamment de maisons d'édition pour que chacun trouve chaussure à son pied en se donnant la peine de chercher. Sourire
20
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis RIAUMONT un jour...  Profil de CASTORE  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

Erratum, j'ai écris O'brien au lieu d'O'Brian.

21
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Freyja
Progressant
  
TECHNIQUE: 20 points
BONNE HUMEUR: 20 points
Mer : Matelot
Nous a rejoints le : 25 Mars 2011
Messages : 21

Réside à : Rennes
Patientez...

J'apprécie votre réponse, Lynx 2. Mais je ne suis qu'en partie d'accord avec votre histoire de conjonctions de coordination. Les meilleurs écrivains mettent des « mais » et des « et » en début de phrase et, s'ils le font, c'est bien parce que c'est le mot qui convient alors le mieux. Cependant, toutefois, néanmoins, c'est très bien, mais ça ne peut pas toujours traduire un « mais ». C'est là qu'on voit la différence entre un auteur et un écrivain. L'écrivain n'est pas forcément celui qui observe strictement les règles de la langue mais bien celui qui, à partir de ces règles, crée quelque chose d'original, de neuf, de véritablement littéraire. Mettre un « et » ou un « mais » en début de phrase n'est, à mon sens, pas enfreindre la règle. E. Brontë, Rimbaud, Tolkien, et ce ne sont que des exemples, n'auraient pas été E. Brontë, Rimbaud, Tolkien s'ils s'étaient acagnardés dans la plus stricte observance des règles de leur langue.

C'est justement ce que je regrette dans votre livre : le style ne décolle pas parce que vous vous en tenez aux règles les plus strictes et pas forcément les plus pertinentes. C'est un style très scolaire, du genre de ce que j'écrivais en quatrième pour faire plaisir à la prof de français. Et c'était ma foi très pauvre... Pas de bondissements, ni de rebondissements, pas d'éclairs, pas d'éclats dans Le Piège... ! Je crois que c'est ce qui m'a le plus manqué, avec le manque de personnalité flagrant de vos personnages.

Des personnages bienveillants, c'est bien gentil, mais moi je n'en veux pas, de ces personnages bienveillants, gentillets, trop pâles. Des héros, c'est bien, mais des personnages qui se conduisent héroïquement, c'est mieux ! Enfin, ça, c'est mon avis... Mais l'ayant fait lire autour de moi pour avoir les avis d'autres personnes avant de poster ma critique sur le forum, je n'ai eu droit qu'à des réactions identiques aux miennes, à savoir : « c'est ennuyeux, j'ai failli m'endormir », « le style n'est franchement pas enthousiasmant », « les personnages ? J'ai dû écrire leur description physique sur une feuille pour me rappeler qui parlait à chaque fois »...

Cependant, je vous félicite d'avoir réussi à faire éditer votre livre, car je crois savoir que ce n'est pas une mince affaire... D'un autre côté, je pense qu'il avait le parfait profil pour être édité chez Téqui.

[ Ce message a été modifié par Freyja le 25-10-2011 à 19:14 ]
22
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Guide d'Europe  Profil de Freyja  Message privé      Répondre en citant
Zero
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 12 Mars 2006
Messages : 4 713

Réside à : Ailleurs
Patientez...

Citation:
Le 2011-10-25 18:47:00, Freyja a écrit :

E. Brontë, Rimbaud, Tolkien, et ce ne sont que des exemples, n'auraient pas été E. Brontë, Rimbaud, Tolkien s'ils s'étaient acagnardés dans la plus stricte observance des règles de leur langue.
On ne peut, à cet égard, s'empêcher de citer Kant (je sais ça fait deux fois en une semaine c'est lourd belebleb ) qui s'est beaucoup intéressé à l'art et au "génie". Voici ce qu'il en dit :
« Le génie, c'est la disposition innée de l'esprit par le truchement de laquelle la Nature donne ses règles à l'Art. »

Petite leçon de trois minute d'un philosophe sur un sujet qui est devenu un lieu commun des épreuves de philo de terminale :
http://www.dailymotion.com/video/x dyiyi_raphael-enthoven-sur-l-art-contempo_creation #from=embediframe

Mais je me souviens aussi d'un interview de Bill Watterson, créateur de Calvin & Hobbes, expliquant à quel point il était nécessaire de parfaitement connaître et maîtriser les règles avant d'être capable de les violer convenablement.
23
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Scout d'Europe  Profil de Zero  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
1
Patientez...

Écrire une histoire c'est d'abord faire rêver, sinon évader le lecteur. Le style habille le récit, lui donne son rythme : la personne peut avoir un joli minois, si elle est mal fagotée et de surcroît maquillée comme une voiture volée... Mieux vaut qu'elle mette ses fards en veilleuse, les appas rances comme les appâts corrompus ne séduisent jamais.

Beaucoup d'auteurs, dont je suis, sont des lecteurs en partie frustrés qui écrivent les livres qu'ils auraient aimé ou aimeraient lire.

Nos écrits sont un peu comme nos enfants et comme nombre de parents, nous aimons croire qu'ils sont meilleurs que ceux des autres. Moi j'aurai fais ça comme ça ! Combien de fois l'avons-nous entendu ?

Tout art demande du travail, même si on est doué ou a des dispositions. Les virtuoses sont aussi obligés de faire leurs gammes.

La majorité des gens peut acquérir des techniques jusqu'à la limite de ses possibilités, souvent l'œuvre d'excellents techniciens manque d'âme ou la leur transparaît trop fortement.

Écrire est un art plus difficile qu'il semble.

24
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Merci Blizard, la phrase "il y a ....qui..." pouvait en effet être mieux écrite. Sur le forum, je ne suis pas en "travail d'écrivain", j'échange, c'est tout.
Pour les guillemets, le problème vient de l'ordinateur qui impose de plus en plus souvent la typo anglaise. Exemple, en anglais les terminaisons th nd rd se placent automatiquement en bas ou en haut sans tenir compte des règles. Simple constat qui oblige à évoluer.

Merci Freyja, même constat qu'auparavant. Le livre auquel il est fait allusion est un premier. Il y en a eu d'autres depuis. Lis la ceinture de perles si tu veux avoir une meilleure opinion. Quant aux conjonctions de coordination, ne t'arrêtes pas sur les exemples donnés dans le forum. Il est évident que je déroge aux règles quand cela se justifie. Comme pour tout dans la vie, il ne faut pas figer quelqu'un dans la vision que l'on a de lui à une époque donnée. Il y a nécessairement évolution.
Tu me coinces trop dans ta vision "grammaire", je n'ai pas de manuel de grammaire sur moi quand j'écris ou quand je parle. Je parle ainsi, c'est tout. J'écris d'une traite, et mes corrections se font aisément. Pour ce qui est de l'imagination, je n'ai jamais connu la page blanche. Ce que je cherche, c'est plutôt comment fouiller davantage l'aspect psychologique des personnages sans pour autant tomber dans le névropathe, ou le méchant à tout prix.
Quant aux personnages, ils ne sont pas censés répondre à la norme que chacun d'entre nous se fixe. L'adéquation personnage/lecteur n'existe pas. Ce n'est pas non plus un manque de personnalité pour des gens que d'être gentils et bienveillants. De tels gens existent et fort heureusement !
25
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

Il m'a fallu un certain temps pour réfléchir sur les remarques pertinentes de Blizzard à propos du "descriptif". =>"Le descriptif est nécessaire, à condition de ne pas tomber dans les excès de Victor Hugo et d'une manière générale des auteurs du XIXe siècle. Ils devaient bien en passer par là car il y avait peu d'images et illustrations dans les livres."
Effectivement, notre siècle est gavé d'images, du même coup, l'action devient prépondérante. Je suis sûr que Blizzard a touché du doigt le noeud du problème.
Plus loin, il dit encore => "L'absence de description, à part très succincte, dans les livres démontre l'habitude prise de ne plus regarder, on se contente de voir. Regarder, c'est une perte de temps, alors comment inciter à contempler ?"

Personnellement, je ne cherche pas à plaire absolument à un lectorat. Je soumets mes manuscrits à l'éditeur qui les retient ou non. En revanche, j'aime le beau travail, et ma question rejoint celle de Blizzard : "comment inciter à contempler ?"
Ce ne peut être en effaçant tout descriptif du manuscrit, c'est donc par le style qu'il faut y parvenir et sûrement en dosant davantage que les auteurs des siècles précédents.

Puisque notre siècle se penche davantage sur le cinéma que sur la littérature, que doit-on penser de certains films qui nous saturent d'images extrêmement rapides ? On n'a pas le temps de s'attarder sur les images, et on s'aperçoit au final que c'est pour faire passer des actes impossibles dans le réel.

Une autre évolution que je note dans les films (et qui n'est pas sans répercussion dans les livres), c'est la mauvaise diction d'un certain nombre d'acteurs (Djamel Debouzze par exemple) qui se rattrapent par des mimiques, une gestuelle agitée. En fait, si on s'attardait sur ce qu'ils ont dit, on s'apercevrait qu'un mot sur dix est compréhensible. Ceci dit, ils arrivent à communiquer quand même, ce n'est pas négatif non plus.

Dans les livres, ce phénomène est notable aussi. On lit des phrases inachevées, voire incompréhensibles, mais celles-ci sont rattrapées par des traits d'humour, des clichés, des expressions toutes faites qui relèvent de la mode du moment. Sur le moment, ces livres peuvent rencontrer un certain succès, mais ces livres peuvent-ils durer dans le temps ?
26
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

La diction dans les spectacles n'est pas la priorité, entendre Nicole Garcia, Sylvie Joly, Chantal Ladesou, etc., ce n'est pas Fabrice Lucchini.

L'écriture doit traverser les siècles, le style est plus important que le vocabulaire, Corneille écrivit son œuvre avec 1 500 mots, alors que la langue française en comportait déjà plusieurs dizaines de milliers.

Toutefois, force est de constater que le langage courant voit son vocabulaire s'appauvrir hors des jargons corporatistes. C'est appauvrissement se traduit par une mauvaise compréhension de la chose écrite.

Nous consommons des images chacune chassant l'autre, aussitôt vue, aussitôt oubliée, à notre cerveau de faire le tri ensuite, c'est pourquoi il nous est difficile de nous arrêter sur une vue d'ensemble.

27
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Lynx 2
Membre actif
  
TECHNIQUE: 21 points
BONNE HUMEUR: 22 points
Forêt : Forestier
Nous a rejoints le : 12 Avr 2006
Messages : 166

Réside à : Rhône
Patientez...

On peut regretter à tort ou à raison que la sélection des manuscrits par les éditeurs porte dans un premier temps sur l'orthographe, la grammaire, mais force est de constater que le premier tri se fait par ce moyen.
Pour info, je signale que 5 % des recruteurs pour l'emploi écartent une candidature dès la première faute d'orthographe sur un CV, et 35 % à partir de 2 ou 3 fautes. Il ne s'agit pas là du monde de l'édition, mais du marché de l'emploi en général. Alors, il est évident qu'en ce qui concerne la sélection d'un manuscrit par un éditeur, ces pourcentages explosent. Par expérience, je me rends compte qu'une fois ce barrage passé, l'éditeur va considérer les ventes de l'auteur lors de son premier livre et lui accorder davantage de libertés.

L'argument qui consiste à dire qu'un grand auteur (Hugo, Balzac...) fait également des fautes, et que, par conséquent, tout auteur peut en faire autant est fallacieux.

Ce n'est qu'une fois que l'on a fait les preuves de sa maîtrise du Français que l'on peut se permettre de déroger à certaines règles, et encore faut-il le faire avec talent. (ce qui n'est pas donné à tout le monde).
Cependant, comme toujours, ce ne sont là que des généralités, et il arrive qu'un auteur réussisse là où d'autres ont échoué, en ne respectant aucune règle. C'est la vie, et tant mieux s'il y a de la place pour tout le monde !

Un autre thème que je voudrais aborder, c'est le cas des ouvrages traduits. J'entends souvent des gens dire "J.K. Rowlings, quel talent !". Tout à fait exact par ailleurs ! Cependant, c'est oublier un peu vite qu'en ce qui concerne la version française des Harry Potter, c'est aussi le triomphe d'un traducteur génial. Vous pouvez me croire, je suis prof d'anglais ! Pas facile de rendre cet humour, ces jeux de mots, cette ambiance, ces équivalences de noms propres à double sens... Et puis, c'est aussi la rencontre d'un auteur avec une époque. Ayant vécu en Angleterre autrefois, je peux dire que des histoires comme celles-là, j'en avais entendu pas mal. Il faut croire qu'Harry Potter est aussi arrivé à un moment où la culture anglo-saxonne était déjà bien implantée mondialement.
28
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis scout d'europe  Profil de Lynx 2  Message privé      Répondre en citant
Gribouille
Bouille de Grib'

Nous a rejoints le : 23 Sept 2009
Messages : 3 081

Réside à : Isère
Patientez...

Citation:
Le 2011-10-30 12:15:00, Lynx 2 a écrit :

Puisque notre siècle se penche davantage sur le cinéma que sur la littérature, que doit-on penser de certains films qui nous saturent d'images extrêmement rapides ? On n'a pas le temps de s'attarder sur les images, et on s'aperçoit au final que c'est pour faire passer des actes impossibles dans le réel.

On est d'accord ! Allez tous voir The Artist. Grand sourire
Citation:
Le 2011-10-30 12:15:00, Lynx 2 a écrit :

Il m'a fallu un certain temps pour réfléchir sur les remarques pertinentes de Blizzard à propos du "descriptif". =>"Le descriptif est nécessaire, à condition de ne pas tomber dans les excès de Victor Hugo et d'une manière générale des auteurs du XIXe siècle. Ils devaient bien en passer par là car il y avait peu d'images et illustrations dans les livres."
Effectivement, notre siècle est gavé d'images, du même coup, l'action devient prépondérante. Je suis sûr que Blizzard a touché du doigt le noeud du problème.
Plus loin, il dit encore => "L'absence de description, à part très succincte, dans les livres démontre l'habitude prise de ne plus regarder, on se contente de voir. Regarder, c'est une perte de temps, alors comment inciter à contempler ?"

La description est parfois agréable à lire, quand l'auteur sait la rendre intéressante. Il faut savoir trouver les mots qui parlent au lecteur et qui donnent, en même temps qu'un tableau, une atmosphère. Suivant le type de livre, la description s'adapte : du conte au policier, les détails choisis par l'auteur ne seront pas les mêmes.
Quand l'auteur est plongé dans sa description, qu'il la "vit" et qu'il visualise le tableau précisément, c'est plus facile pour lui d'écrire la description bien sûr, mais c'est aussi plus facile pour le lecteur de la lire, parce qu'elle est vivante.

Il y a des livres qui rendent bien cela je trouve, je ne sais pas si vous avez lu Rebecca de Daphnée du Maurier et ce que vous en avez pensé, mais il y a beaucoup de description et on ne s'ennuie pas pour autant, on prend le temps de la lire. Elle révèle toute une atmosphère qui est indispensable au lecteur pour être pris dans l'intrigue.

Il ne faut pas oublier non plus que les descriptions ne se résument pas au visible, mais que les cinq sens peuvent y être présents. La description est plus intéressante quand elle est variée ! Les descriptions qui se contentent du visible sont souvent ennuyeuses.

Certains paragraphes interminables de romans manquent aussi d'une alternance entre l'action et la description. Trop d'action perd le lecteur et l'empêche de "digérer" ce qui est en train de se passer ; à la fin, il ne comprend plus rien à l'intrigue. On ressent souvent la même chose quand on se met devant un James Bond ou autres films du genre (bien plus compliqués qu'un gentil James Bond). D'autre part, trop de description assomme le lecteur, qui saute tous les paragraphes de description pour ne lire que la moitié du livre ou qui ferme le livre en question pour passer à un autre livre moins embêtant belebleb.

Une bonne description, vivante et bien équilibrée, est toujours agréable à lire. Un livre dans lequel les actions s'enchaînent sans répit peut être aussi laborieux à lire qu'un livre où les descriptions s'étalent sans arrêt.

Bref, c'est tout ce que j'avais à dire... innocent

FSS,
Gribouille.
29
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis GSE  Profil de Gribouille  Voir le site web de Gribouille  Message privé      Répondre en citant
  technique
  bonne humeur
RSS 

 

 

Semper Parati Scoutopedia, l'encyclopédie scoute

© Fraternite.net | contact
webmestre@fraternite.net