Mardi 11 Août 2020
05:21
[S'inscrire]  [Mon Profil]  [Messages privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]

Recherche avancée
 
Ecussons
Autocollants
Polos
Retour au site
Retour au forum

Cette version du forum n'est désormais accessible que pour lire les passionants échanges et partage de techniques qui ont déjà été rédigées ici.

Pour participer aux échanges interscouts, merci d'utiliser
le nouveau forum

 

          
Auteur
Spiritualité et laïcité selon Pierre François
redcat
Membre actif

Nous a rejoints le : 29 Déc 2010
Messages : 156
1
Patientez...

Un très beau texte de Pierre François des Eclaireurs de France qui s'attache à cerner ce qu'est la spiritualité chez les éclaireurs et son rapport à la diversité, aux confessions, à la laïcité.

Ecrit en 1941 sous le titre "Esprit et méthode, il n'est pas de scoutisme sans convictions".

Les mises en gras sont de moi ainsi que la mise en paragraphe (un peu arbitraire pour faciliter la lecture).

Texte intégral ici : http://aaee-anciens.ecles.fr/telechargements

---------

....
Nous avons horreur de ce vide, de ce manque d'âme. Il y a toute une -pente à remonter. Il appartient essentiellement aux Eclaireurs de France, de tirer vers le haut. Et c'est pourquoi nous avons affirmé à Auvillars, ou plutôt réaffirmé, qu'il n'y avait pas de Scoutisme sans Idéalisme.

Donner un Idéal à nos garçons et les enrichir spirituellement doit être notre oeuvre essentielle. Mais il ne doit y avoir aucune équivoque au sujet de la réalisation pratique. Et je désire m'en expliquer tout de suite.

Si nous voulons que les E.D.F. soient des hommes de foi, nous n'avons pas à déterminer de quelle nature est cette foi, nous n'avons pas à nous préoccuper du credo particulier de chacun. Nous devons connaître, mais nous n'avons pas à cultiver particulièrement les convictions profondes de chacun d'eux. Nous savons que nous avons des garçons catholiques, libres penseurs, protestants. Il ne nous appartient pas de faire leur éducation de catholiques, de libres penseurs, de protestants. Nous ne sommes pas qualifiés pour cela.

Les meilleurs théologiens d'entre nous devraient être à la fois prêtre, pasteur et professeur de toutes les philosophies et encore ils risqueraient de commettre de redoutables maladresses.

Il y a donc un domaine et une fonction de la famille et de l'Eglise qui en aucune façon ne peuvent être les nôtres. Ceci étant nettement posé, il s'agit de faire en sorte qu'il n'y ait pas de divorce, ni même de séparation, entre les convictions scoutes, données par le scoutisme, et les convictions profondes, personnelles ou familiales et je pense plus particulièrement aux convictions religieuses.

Je n'aimerais pas qu'un garçon puisse concevoir qu'il y a d'un côté le scoutisme et l'idéal scout, et d'autre part, dans un tout autre domaine, sa conviction religieuse.

Nous ne ferons pas le pont entre les deux en faisant des sermons religieux à nos garçons ni même en ayant des conversations particulières avec eux sur le thème religieux. Mais bien plutôt en donnant du ton à notre scoutisme, en concevant mieux que nos trucs et nos méthodes et nos techniques ne sont que des moyens de s'élever moralement, en veillant à ce que tous nos jeux, toutes nos aventures n'en restent pas au stade de la distraction, même magnifique, mais débouchent dans le moral, en parlant sur un ton simple, mais sérieux, mais élevé à nos garçons, en sortant du terre à terre de la morale qui ne s'attache qu'aux bouts de papier qui jonchent le camp.

Il ne s'agit donc pas de s'adresser distinctement aux catholiques, aux protestants, aux libres penseurs, mais tout en restant sur le terrain de la morale humaine, d'un idéal humain, de créer une atmosphère si belle, d'atteindre des vérités si belles que tous les garçons vibreront à l'unisson et cependant chacun selon sa foi personnelle.

Le problème de la diversité de la foi ne se pose donc pas tant pour nous que celui de sa sincérité et de son intensité. Je me souviens d'un Chef qui ne recevait de promesse que sur de hauts sommets. Dans le silence et la magnificence de la montagne, aux grandes altitudes, tous se sentaient plus près du ciel mais chaque garçon avait une vision particulière de ce ciel. Et le Chef n'avait pas besoin de les cataloguer.

Combien de fois, au cours de nos sorties, ne nous, sommes-nous pas arrêtés muets et émus devant les splendeurs d'un paysage vaste et harmonieux. D'aucuns y retrouvaient la marque d'un Créateur sans aucune intervention lourde et indiscrète du Chef. A la fin de certains de nos feux de camp de Cappy, j'ai vu de nos camarades, nettement libres penseurs, me dire combien ils en avaient aimé l'atmosphère religieuse. Ils donnaient à ce mot un sens très général, non spécialement confessionnel et qui traduit bien notre grand besoin d'intime méditation, de recueillement et d'approche du mystérieux esprit qui anime notre corps et, par éclairs, envahit notre pauvre personne d'immatérielles allégresses.

Mais, pour arriver à cette hauteur, il faut tirer notre jeunesse de la seule considération de soi, de la seule poursuite de son bon plaisir. Il faut lui redresser le corps, lui redresser le regard. Je voudrais que nos garçons aient les yeux levés, qu’ils voient au-dessus d'eux-mêmes. Une absence de tout sentiment de vénération et ce refus de croire à des principes qui nous dépassent, a fait des générations de tristes gouailleurs, de critiques, de sceptiques, d'indisciplinés, de démolisseurs.

Il faut que nos garçons découvrent en eux ce qui est esprit, dégagé de la pâte charnelle, qu'ils croient à l'existence de cet esprit, qu'ils distinguent peu à peu que l'esprit est la marque proprement originale de cette espèce d'animal qu'est l'homme et qu'on ne devient véritablement l'Homme qu'en enrichissant, qu'en épanouissant constamment les principes spirituels aux dépens de la bête.

Croire à l'esprit, telle est la foi dont je veux parler. Et je vous demande de bien distinguer entre la morale, règle de vie sage, honnête, et cette foi qui est une force. Force qui nous soutient dans là lutte qu'est toute vie morale. Force qui nous contraint, qui nous bouscule, qui nous pousse sur notre ligne de vie.

Il y a la règle de vie morale qui est la loi, il y a la foi qui est une force. La loi nous impose un type humain à réaliser et c'est avec conviction que nous voulons nous en approcher, nous identifier le plus possible avec ce type humain. Nous devons avoir les yeux levés vers une statue idéale dont nous cherchons la ressemblance. Le sentiment de l'honneur, c'est cela ; il s'appuie sur le principe de conformité fidèle avec la statue idéale puisqu'aussi bien c'est le sentiment qui nous pousse à conserver constamment notre propre estime, c'est-à-dire le regard approbateur de notre statue idéale.

Et lorsque le jeune Eclaireur promet sur son honneur, ce n'est pas sur la tête de son grand-père qu'il jure, mais sur la tête de cet être imaginaire et sacré qu'il a fabriqué avec toutes les vertus qu'il croit bonnes, mais aussi avec toutes les petites richesses qui naissent timidement en lui et qui lui sont proprement personnelles.

Il est magnifique de constater avec quelle perspicacité, avec quelle mesure, avec quel sens de la progression, le scoutisme permet à l'enfant de construire petit à petit cette statue idéale, ce beau modèle en cire qu'il contemple avec attention. Au fur et à mesure qu'il grandira il ira de l'ébauche grossière jusqu'à la belle sculpture marmoréenne, harmonieuse et fouillée.

Mais comme nous le verrons ultérieurement il ne peut s'agir d'un modèle figé dans une pose définitive. Il évolue, il s’épure constamment. Cela revient à dire tout simplement que nous croyons fortement au progrès humain et que nous trouvons non seulement possible, non seulement désirable, mais absolument nécessaire l'amélioration, persévérante de l'homme. Non l'amélioration des autres. Mais l'amélioration de soi-même, à l'aide de ses propres forces engagées dans une lutte joyeuse, rude et confiante, ou pour parler plus positivement, sur un ton plus scout, dans une construction opiniâtre et avisée de tout ce qui en nous est essentiellement de l'Homme, c'est-à-dire Esprit, sans oublier la mise en valeur plus poussée des talents personnels.

Croire a cette possibilité, à cette nécessité, c'est posséder une forme de foi et dès lors nous savons comment et vers quel but avancer dans la vie. Je ne suis guère théologien, mais je serais très étonné si cette croyance à laquelle nous nous rallions tous, loin de la contredire et de la détruire, ne pouvait au contraire s'accorder avec la conviction profonde de chacun.

Pierre FRANCOIS Février 1941
0
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de redcat  Message privé      Répondre en citant
Choc 013
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 39 points
BONNE HUMEUR: 30 points
Forêt : Pionnier
Nous a rejoints le : 02 Oct 2003
Messages : 1 425

Réside à : forêt de Brocéliande
Patientez...

C'est visiblement inspiré du texte de la fameuse Charte de l'Oradou,
au bon vieux temps du Scoutisme Français uni...
1
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis moi - même !  Profil de Choc 013  Voir le site web de Choc 013  Message privé      Répondre en citant
CASTORE
Rongeur

Nous a rejoints le : 08 Fév 2005
Messages : 3 258

Réside à : wwwest
1
Patientez...

Cela me fait aussi penser à la lettre de Jules Ferry aux instituteurs Sourire (j'ai souligné moi aussi ce que je trouve important Clin d'oeil )


Citation:
J’ai dit que votre rôle, en matière d’éducation morale, est très limité. Vous n’avez à enseigner, à proprement parler, rien de nouveau, rien qui ne vous soit familier comme à tous les honnêtes gens. Et, quand on vous parle de mission et d’apostolat, vous n’allez pas vous y méprendre ; vous n’êtes point l’apôtre d’un nouvel Évangile : le législateur n’a voulu faire de vous ni un philosophe ni un théologien improvisé. Il ne vous demande rien qu’on ne puisse demander à tout homme de coeur et de sens. Il est impossible que vous voyiez chaque jour tous ces enfants qui se pressent autour de vous, écoutant vos leçons, observant votre conduite,s’inspirant de vos exemples, à l’âge où l’esprit s’éveille, où le coeur s’ouvre, où la mémoire s’enrichit, sans que l’idée vous vienne aussitôt de profiter de cette docilité,
de cette confiance, pour leur transmettre, avec les connaissances scolaires
proprement dites, les principes mêmes de la morale, j’entends simplement cettebonne et antique morale que nous avons reçue de nos pères et mères et que nous nous honorons tous de suivre dans les relations de la vie, sans nous mettre en peine d’en discuter les bases philosophiques. Vous êtes l’auxiliaire et, à certains égards, le suppléant du père de famille : parlez donc à son enfant comme vous voudriez que l’on parlât au vôtre ; avec force et autorité, toute les fois qu’il s’agit d’une vérité incontestée, d’un précepte de la morale commune ; avec la plus grande réserve, dès que vous risquez d’effleurer un sentiment religieux dont vous n’êtes pas juge.

Si parfois vous étiez embarrassé pour savoir jusqu’où il vous est permis d’aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir. Au moment de proposer aux élèves un précepte, une maxime quelconque,demandez-vous s’il se trouve à votre connaissance un seul honnête homme qui puisse être froissé de ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez-vous de le dire,sinon, parlez hardiment : car ce que vous allez communiquer à l’enfant, ce n’est pas votre propre sagesse ; c’est la sagesse du genre humain, c’est une de ces idées d’ordre universel que plusieurs siècles de civilisation ont fait entrer dans le patrimoine de l’humanité.
Si étroit que vous semble peut-être un cercle d’action ainsi tracé, faites-vous un devoir d’honneur de n’en jamais sortir ; restez en deçà de cette limite plutôt que vous exposer à la franchir : vous ne toucherez jamais avec trop de scrupule à cette chose délicate et sacrée, qui est la conscience de l’enfant
2
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis RIAUMONT un jour...  Profil de CASTORE  Message privé      Répondre en citant
Old GIlwellian
Membre honoré
 
  
TECHNIQUE: 103 points
BONNE HUMEUR: 62 points
Cité : Serviteur
Nous a rejoints le : 09 Juin 2004
Messages : 10 027

Réside à : Paris
Patientez...

Il existe également plusieurs éditions d'un petit livret sur la Spiritualité publié par les EdF à cette époque. Dommage que Chouette ne puisse plus venir sur ce forum il nous en aurait parlé en long et en large.
3
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Ancien SdF et FEEUF  Profil de Old GIlwellian  Voir le site web de Old GIlwellian  Message privé      Répondre en citant
Koala E
Progressant

Nous a rejoints le : 08 Avr 2014
Messages : 18
Patientez...

Le texte de Pierre François cité par Redcat me touche beaucoup. Il explique, mieux que je ne saurais le faire, ce qu'est pour moi, scout pluraliste aconfessionnel, la Spiritualité.
Et j'apprécie beaucoup aussi celui de Jules Ferry, cité par Castore.
Merci à vous deux pour ces références.
4
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SGPF  Profil de Koala E  Message privé      Répondre en citant
irdnael
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 33 points
BONNE HUMEUR: 42 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 10 Janv 2006
Messages : 1 323

Réside à : paris
1
Patientez...

Ce texte de Pierre François date de février 1941, un moment où les EDF ont pensé qu'ils pourraient être le mouvement unique agréé par Vichy pour répandre un scoutisme semi obligatoire à l'école.

Le ministre était Jérôme Carcopino proche des EDF et qui était un laïque à la sauce Vichy d'où la résonance du texte.

Il y a actuellement une polémique en cours chez les anciens éclés entre N.Palluau et M.Dejean à propos des relations EDF et Etat Français.
5
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis  ancien scout de france  Profil de irdnael  Message privé      Répondre en citant
Koala E
Progressant

Nous a rejoints le : 08 Avr 2014
Messages : 18
Patientez...

Bonjour Irdnael,
Je ne comprends pas ce que tu veux dire par : "... d'où la résonance du texte." ?
Peux-tu préciser ?
Merci.
6
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SGPF  Profil de Koala E  Message privé      Répondre en citant
Old GIlwellian
Membre honoré
 
  
TECHNIQUE: 103 points
BONNE HUMEUR: 62 points
Cité : Serviteur
Nous a rejoints le : 09 Juin 2004
Messages : 10 027

Réside à : Paris
Patientez...

Qu'il faut replacer le texte dans son contexte historique, au cours des décennies suivantes le document des EdF sera republié avec des modifications significatives que l'on comprend mieux quand on connait l'histoire de cette associations et les liens qu'elle a entretenu et entretient toujours avec des partenaires de la galaxie laïque (voire parfois laïcarde) militante.
7
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Ancien SdF et FEEUF  Profil de Old GIlwellian  Voir le site web de Old GIlwellian  Message privé      Répondre en citant
Koala E
Progressant

Nous a rejoints le : 08 Avr 2014
Messages : 18
Patientez...

Merci Old G.
8
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SGPF  Profil de Koala E  Message privé      Répondre en citant
  technique
  bonne humeur
RSS 

 

 

Semper Parati Scoutopedia, l'encyclopédie scoute

© Fraternite.net | contact
webmestre@fraternite.net