Mardi 22 Oct 2019
07:47
[S'inscrire]  [Mon Profil]  [Messages privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]

Recherche avancée
 
Ecussons
Autocollants
Polos
Retour au site
Retour au forum

Cette version du forum n'est désormais accessible que pour lire les passionants échanges et partage de techniques qui ont déjà été rédigées ici.

Pour participer aux échanges interscouts, merci d'utiliser
le nouveau forum

 

          
Auteur
Les repas au camp.
Blizzard
Membre confirmé
  
TECHNIQUE: 73 points
BONNE HUMEUR: 23 points
Forêt : Trappeur
Nous a rejoints le : 24 Juil 2011
Messages : 1 057
Patientez...

LES REPAS

Faire la cuisine loin du confort citadin et des perfectionnements techniques n’est pas plus difficile que chez soi. On retrouve souvent les gestes et les recettes originaux que le modernisme a complètement bouleversé ou détourné et qui sont, pour la plupart, les ancêtres des modes d’alimentation actuels et de la gastronomie.

Le cuisinier.
Toutes ces considérations ne sont valables que part la présence d’un personnage essentiel : le cuisinier. C’est de lui dont dépendent, la bonne humeur l’ambiance et la qualité des repas. S’il est mauvais…
On peut manger simple et bon si le préparateur fait les choses avec soin et imagination. Toutefois, cette dernière est à modérer afin de ne pas tomber dans les extravagances culinaires. Il ne faut pas non plus céder à la facilité de servir toujours les mêmes plats. Le menu cow boy « haricots au lard » ou « lard aux haricots » n’amuse que les lecteurs de bandes dessinées, quoique ! L’auteur connaît un responsable de groupes de jeunes, qui lorsqu’ils sortaient dans la nature, leur servait huit fois sur dix le repas suivant : chipolatas, pommes de terre sous les braises, fromage fondu, pomme ; aux repas de soirées d’association : taboulé, pommes chips, saucisson. Parfois, oh surprise ! Macédoine de légumes en boîte, mayonnaise. On se lasse pour moins !
L’important est de nourrir convenablement le groupe sans provoquer de lassitude. La bonne humeur et la santé de chacun dépendent beaucoup de la qualité et de la variété des repas. Ce sont des moments de détente, souvent de plaisir et quelquefois de fête.

Quand les circonstances le permettent, il est plus agréable de prendre les repas assis autour d’une table.

Quel type de table.
Table pliante de camping (ne rentre pas dans un sac à dos).
Planches placées sur des tréteaux (même remarque que précédemment).
Construite sur place avec les matériaux disponibles.

La vaisselle.
Chacun utilise son matériel personnel.
Vaisselle et couverts collectifs identiques pour tout le monde.

Le moment venu de la laver, il est normal que tous y participent. Lorsqu’on opte pour la première solution, et même avec l’autre, il est fréquent que certains convives ne se préoccupent que de leur couvert, quand ils ne s’en déchargent pas sur les autres ! Ils ne s’inquiètent pas non plus des ustensiles et plats ayant servi à la conception des repas.

Le cuisinier se lève avant les autres, mange et se couche le dernier. Pour conserver les bonnes dispositions qu’il a envers ceux dont il prépare les repas, il faut le ménager en l’allégeant des tâches subalternes à ses fonctions.

À table.
Il est recommandé de dresser le couvert, ainsi on recrée une ambiance chaleureuse et conviviale comparable à celle de chez soi, ce n’est pas parce qu’on se trouve dans la nature qu’on doit oublier son savoir-vivre.

Il n’est pas interdit d’afficher un menu ou de le lire à la cantonade.

Quelquefois des événements fortuits ou prévisibles sont l’occasion de fêtes, on en profite pour décorer la table.

Les plats.
Il ne suffit pas qu’ils soient bons, un minimum de décoration et une bonne présentation favorisent l’attrait et l’humeur de la tablée, la vue joue aussi un rôle important pendant les repas. Le service à la louche, du style maçon crépissant un mur, est toujours mal perçu.

Bienséance.
L’absence de nappe blanche, d’argenterie et de porcelaine de Limoges ne doit surtout pas être le prétexte à se laisser aller à bâfrer, à servir n’importe comment ou à ne pas présenter les plats avec un minimum de décoration et de soin.
Dans les régions les plus reculées et pourquoi pas dans des situations adverses, garder de bonnes manières à table ne montre pas seulement un savoir-vivre, c’est aussi un réconfort moral. Évidemment, ces pratiques sont peu applicables pendant les haltes dînatoires.

Bon appétit !
0
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SDF, FSE, SUF.  Profil de Blizzard  Message privé      Répondre en citant
Signaler
Patientez...
>>Le fuseau a été fermé par un modérateur

 

Patientez...
Aucun sujet lié
      technique
      bonne humeur
    RSS 

     

     

    Semper Parati Scoutopedia, l'encyclopédie scoute

    © Fraternite.net | contact
    webmestre@fraternite.net