Samedi 1er Oct 2022
16:06
[S'inscrire]  [Mon Profil]  [Messages privés
[Liste des Membres] [FAQ] [ Connexion ]

Recherche avancée
 
Ecussons
Autocollants
Polos
Retour au site
Retour au forum

Cette version du forum n'est désormais accessible que pour lire les passionants échanges et partage de techniques qui ont déjà été rédigées ici.

Pour participer aux échanges interscouts, merci d'utiliser
le nouveau forum

 

          
Auteur
Redorer un blason
  Cliquez pour charger les messages précédents [...]
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

SUITE

Samedi treize heures, je fais la connaissance de Charles, le tonton. Un homme d’une cinquantaine d’années, tout en rondeur, cheveux court, le verbe haut, un sourire
permanent sur le visage, qui vous met très vite à l’aise.

Bientôt, dans la voiture qui traîne une grande remorque, j’écoute Jean-Denis qui tente de m’expliquer la pêche de la carpe. Il parle bouillettes, cheveux et quand il me
dit, qu’ils remettent le poisson à l’eau, je suis un peu abasourdi.

En arrivant sur le lac, Charles nous entraîne au bord de l’eau avant tout autre chose.
Il s’accroupit pour scruter l’eau, regarde à droite, à gauche puis se relève et nous
retournons à la voiture pour commencer à décharger.
Avant tout, c’est le matériel de pêche qui l’intéresse. Je vois Jean-Denis décharger des seaux. Ce sont les fameuses bouillettes. Il me dit qu’il y a plusieurs parfums. Moi
je ne comprends pas grand-chose. Je verrais après.
Plus tard, Charles sort quatre cannes du fourreau, qu’il emboîte, puis les poses sur un support qu’il s’appelle rod-pod.
Il me dit qu’il va amorcer et revient avec un tube coudé.
Devant ma perplexité
-C’est un cobra ! Tiens regarde !
Il met une bouillette (c’est comme une bille d’un diamètre de 20mm) qu’il glisse
dans le tube, puis le place avec sa main derrière la tête et le lance violemment vers l’avant. Je suis étonné par la distance atteinte.
-Charles, vous lancez à combien ?
-Environ cent mètres !
- Et vos cannes, vous les lancez aussi loin ?
-Bien sur !
C’est ce que je constaterais un peu plus tard. Même Jean-Denis qui a deux cannes, atteint lorsqu’il les lance, une distance respectable.
Il m’a expliqué les montages et bien sûr le cheveu. En fait ce cheveu permet de placer la bouillette en dessous de l’hameçon, car la carpe aspire et recrache
l’appât et c’est quand elle recrache, qu’elle se pique à la lèvre. Ce montage lui évite
d’avaler la bouillette et d’être mortellement blessée.

Les cannes, posées sur leur support équipé de détecteur, sont maintenant opérationnelles et nous pouvons passer à l’installation du camp.Deux tentes, que
Jean-Denis appelle ? Biwy? sont montées, les affaires sont rangées et commence l’attente.

Nous avons la visite d’une personne âgée et d’un petit garçon. Ils font doucement quand ils s’appochent et parlent à voix basse. Je peux à peine entendre leur
murmure.
Charles se retourne.
-Vous pouvez parler plus fort !
Et moi, pour la première fois de ma vie, j’entends le bruit strident d’un détecteur.
Charles se précipite en même temps que nous, et bientôt, canne haute, commence le combat.
Jean-Denis met en place le tapis de réception, prend l’épuisette et s’approche de son oncle.
La carpe refuse de se rendre, mais le pêcheur prend le dessus et Jean-Denis très vite a le poisson dans le filet.
Je ne pouvais imaginer, autant de douceur dans les grosses mains de Charles, quand il dépose le poisson sur le tapis et lui retire l’hameçon. La blessure saigne un peu et
une écaille a sauté dans le combat. Charles, à l’aide d’un coton-tige et d’une étrange mixture soigne la carpe, pose pour la photo et rentre dans l’eau pour relâcher le
poisson.
C’est un joli moment, plein de douceur et de tendresse.

Nos visiteurs repartent et pour nous le temps de préparer le repas est arrivé.
On mange, on rit au rythme des anecdotes de pêche, prélude à la nuit qui doucement chasse le jour.
Pendant que Charles et Jean-Denis relancent leurs cannes pour la nuit, je rejoins notre tente et j’écris.
Bientôt, je suis rejoint par mon copain.
-Qu’est ce que tu fais ?
-Tu vois bien, j’écris ! Ca m’arrive de temps en temps, quand je suis inspiré ! C’est pour Charles !
-Je peux lire ?
-Bien sur !
Et il lit à haute voix.

J’imagine
Il est là, assis sur les talons, ,
Ses yeux fixés sur le miroir de l’eau, il attend.
Ses mains soutenant son menton semblent figer par le temps
Et tel l’épouvantail il fait partie du paysage.

J’imagine
Il se lève lentement se retourne et s’en va.
Il revient, toujours lentement, pour doucement poser sa charge.
Plus tard, quatre plouf discrets troublent le calme
Ses cannes sont posées et revient le silence.

J’imagine
Le papy prévient son petit-fils
Chut, pas de bruit, le monsieur pêche.
Pourquoi papy, pourquoi il pêche ?
Je ne sais pas, répond le vieux.

J’imagine
Le pêcheur se retourne : vous pouvez parler plus fort !
Dis monsieur pourquoi tu pêches ?
Un détecteur qui hurle empêche l’homme de répondre.
Et bientôt sur le tapis, une carpe repose.

J’imagine
C’est quoi ? dit le petit
Une carpe répond le vieux
L’homme pendant ce temps prudemment
Ôte l’hameçon et soigne la blessure

J’imagine
Vous pouvez prendre une photo s’il vous plaît ?
Demande l’homme au vieux
Bien sûr, comment on fait ?
La photo prise, la carpe avec précaution
Rejoint son élément

J’imagine
Le vieil homme et le petit sont repartis,
Sans que ce dernier ne pose une dernière question :
C’est qui ce monsieur papy ?
C’est un carpiste mon petit, un carpiste.

-Woua, c’est beau !
-Tu crois ?
-Tu vas voir l’oncle, ce qu’il va dire !
-Bon on verra ça demain. Dis, si on fermait la moustiquaire ?
-Attend, je ressors! besoin naturel !
-Moi aussi et puis je vais aller dire bonsoir à Charles !
197
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
HéronC
Grand membre

Nous a rejoints le : 11 Sept 2007
Messages : 798

Réside à : Essonne
Patientez...

Salut à tous,

Ce n'est pas totalement aberrant que les 3 lascars soient intrigués d'abord que l'on cherche à entrer en relation avec eux alors que tout le monde a lâché prise depuis longtemps. L'analyse de leur problématique n'est pas déconnante, c'est rare, mais ça tient la route.

Et pui effectivement, il y a des choses qui ne sont pas toujours rationnelles, la Grâce...
198
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SGdF  Profil de HéronC  Voir le site web de HéronC  Message privé      Répondre en citant
daffy
Membre actif
  
TECHNIQUE: 20 points
BONNE HUMEUR: 20 points
Scène : Décorateur
Nous a rejoints le : 11 Juil 2009
Messages : 162

Réside à : ici!
Patientez...

Trop top ! GENIAL !!!
j'ai enfin eu le temps de lire ce fuseau en entier !! (ouff, je croyais que je n'y arriverais jamais !!^^)

alors tout d'abord ...Chevreuil...: cette idée de film est super !!

puis sems : je suis tombée amoureuse de ton histoire !! love continue c'est génial !!

et enfin : moi si il y a besoin je veux bien contribuer a la réalisation de ce film !! donc si vous avez besoin de moi je suis là !! de toute façon je ne trainerais pas trop loin de ce fuseau...je le suivrais même de très près !!

seule fausse note : je ne pourrais pas lire la suite avant, peut-être, la fin des vacances...car on m'appelle autre part !! taré

fss
199
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis sgdf  Profil de daffy  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Daffy, nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés pour la réalisation de ce Projet. Merci de ta proposition et bonne fin de vacances.
200
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Bonjour, je trouve toutes ces idées et propositions fort intéressantes.

Tout d’abord quelques remarques. Si on vise un public large évitons de centrer l’histoire sur le scoutisme en en faisant le sujet principal. Ça sentirait le documentaire ou dans le pire des cas la propagande. A mon avis il faudrait une histoire qui ne concerne pas le scoutisme mais dont le scoutisme sera un acteur important. Le lecteur/spectateur ne sentirait pas face à l’auteur qui lui tient un discours publicitaire, mais se sentirait accompagné dans le déroulement de l’histoire.

D’autre part, avant de nous lancer dans la rédaction, il serait bien de tracer les grandes lignes, savoir d’où on part, et où aboutit. Autrement dit commencer par le résumé, la bande-annonce ou la 4ème de couverture (selon le mode d’expression). Sinon l’histoire manquera de cohérence. Avec une ligne directrice on peut prendre des voies détournées mais on garde le cap, autrement le lecteur/spectateur risque de décrocher.

Pour l’intérêt de l’histoire il serait intéressant aussi de mettre en vedette pas seulement des personnes, mais une relation (entre un homme et une femme, entre deux frères ou deux sœurs, entre un journaliste et un criminel...). En général il y a plusieurs «relations» dans une histoire.

Je vous propose une idée, de film ou de roman je ne sais pas, mais en tout cas une histoire à raconter.

Texte:
La disparition d’une jeune fille a été signalée et un inspecteur de police est sur l’affaire.

Jusque-là rien d’original, en même temps ça rassure le lecteur/spectateur lambda qui sent déjà un truc à sa portée.

Texte:
L’enquête mènera naturellement le policier à interroger la famille et les proches. Évidemment, il explore plusieurs pistes (c’est le cas de le dire): milieu familial, scolaire, club de sport, conservatoire de musique, cours de théâtre, fréquentations diverses...

Classique.
Texte:
Comme par hasard il découvre que la disparue est guide dans un grand mouvement scout (de préférence un membre du G9 pour le réalisme et la représentativité). Mais le policier (dont on soulignera le caractère un peu négligent et malchanceux) piétine et, ne sachant plus quoi faire, s’attardera sur le scoutisme en désespoir de cause. Mais ce domaine va (comme par hasard) prendre de l’importance dans son enquête.

Nous y voilà.
Texte:
En effet, un jour, coup de théâtre, il découvre qu’en fait la jeune fille a été kidnappée (ben tiens). Les parents avaient eu peur de le lui dire à cause des menaces du ravisseur, mais ont fini par avouer la vérité après avoir mis sa confiance en lui, parce que le flic bien que maladroit est au fond un brave garçon, plein de bonne volonté... Comme la famille a besoin de se libérer du terrible secret, elle a fini par se confier à l’inspecteur...

Classique de chez classique.

Texte:
Alors, ému par l’accueil et la confiance de cette famille, l’inspecteur (méprisé par ses pairs et sa hiérarchie à cause de bavures diverses...) va en faire une affaire personnelle et offrir une revanche à sa carrière. Ce souffle nouveau va lui donner des ailes et une efficacité qu’il n’avait jamais eue.

Sachant que la jeune fille est guide, il se rappelle avoir été scout dans sa jeusesse et, en examinant la chambre de la jeune fille, en interrogeant sa compagnie et son groupe, en discutant sur les forums scouts... notre héros (re-)plonge dedans et finit par communiquer avec la victime qui a envoyé des messages codés (ou laissé des indices) à l’insu de son ravisseur. Messages et techniques scouts évidemment.


Cette communication secrète servira aussi à créer une relation originale entre deux personnes qui ne se verront jamais avant la fin de l’histoire. Deux personnages qui sont les antithèses l’un de l’autre. Jeune fille bien élevée d’un côté, flic loser de l’autre, mais tous deux ayant été scout ou guide vont découvrir une relation 100% scoute, une «liaison» aveugle à distance qui seule leur permettra de vaincre le criminel. Ledit criminel sera évidemment quelqu’un de pervers, très habile et intelligent... mais qui ignore complètement le scoutisme. Talon d’Achille qui causera sa perte.

Texte:
Durant toute son investigation le policier sera amené à (re-)découvrir le scoutisme tel qu’il est devenu et cela lui donnera l’occasion de revivre ses souvenirs de patrouille (de scoutisme comme de police)... Bien sûr l’histoire se terminera bien et les deux héros se découvriront enfin leurs visages.



Comme final-gag je verrais bien le policier couvert de gloire et de félicitations toiser gentiment ses détracteurs étonnés par l’originalité et l’efficacité de sa méthode.
Texte:
Comme un collègue ou un supérieur lui demande où il a trouvé tout ça, le héros répondra simplement avec un clin d’œil: «Je l’ai appris chez les scouts!»

The End



Af’

P.S. Si cette idée vous plaît et que vous souhaitez lui donner une suite, peut-être pourrons créer un autre fil pour éviter de peturber la discussion en cours.
201
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
Dingo
Membre banni
 

Nous a rejoints le : 21 Juin 2008
Messages : 6 856
Patientez...

ton idée de créer un second fuseau af' est excellente, car je ne te cache pas que la littérature de sems me captive, (j'ai pas l'impression d'être le seul) et en lire deux en parallèle permettrais peut-être en finale une mise en commun des meilleurs, surement profitable au projet.
202
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis ancien sdf/fse/suf+dorénavant ENF  Profil de Dingo  Voir le site web de Dingo  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Honnêtement, je ne sais pas trop quoi répondre, mais je vais essayer.
Je pense que ton message arrive un peu tard et je me demande si tu as bien lu tout le
fuseau.
Je ne tiens pas à défendre mes écrits, mais repartir à zéro, chaque fois qu’une idée surgit,
ne semble pas être la meilleure façon, d’arriver au bout de ce projet.
L’histoire en cours, n’est pas centrée sur le scoutisme même si celui-ci est présent pour respecter
l’idée originale (Redorer le blason).
Elle peut-être modifiée, bonifiée par les remarques, par les critiques.
Crois-moi, je ne rejette pas tes idées, les gens intéressés par ce projet peuvent se positionner
pour le faire évoluer, dans un sens comme dans l’autre et si on doit changer d’histoire et bien je
serais toujours présent pour aider. En ce qui me concerne, la réalisation finale de ce projet est plus
importante pour moi, que ma petite personne.
203
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Suite

De retour à la tente nous nous préparons pour la nuit.
-Damian ?
-Oui !
-Tu dors comment ? Moi, je garde mon short car si cette nuit il y a un départ, je suis
Prêt !
-Ho ! je m’apprêtais a dormir en caleçon ! Tu as raison je n’y pensais pas ! Merci !
Dans mon duvet, je suis bien, je regarde Jean-Denis qui me regarde et j’ai l’impression qu’il veut parler. Je lui souris pour l’encourager mais il se retourne sur le
dos et regarde vers le haut.
-Toi, tu as quelque chose à dire ! Je me trompe ?
-Non, mais j’hésite !
-Allé, lâche-toi ! Je ne vais pas te manger !
Il se retourne vers moi
-Bon, voilà ! Je voudrais t’aider au collège ! Je ne suis pas mauvais et je pourrais être utile à Rémy, Julien, et Didier !
-Si tu savais le nombre de fois, que j’ai pensé à toi, si tu savais combien de fois j’ai rêvé que tu étais avec moi? Mais ce n’est pas possible !
-Mais pourquoi ?
-Pourquoi ! Parce que je sens confusément que ça serait une erreur !
-Mais pourquoi ?
-Ecoutes, dans la classe je sens que l’équilibre et fragile, il suffit de peu de chose pour tout déstabiliser et la variante que tu proposes, la variante à laquelle j’ai rêvé est un élément qui peut rompre cet équilibre. Tu nous imagines ! On serait toujours ensemble, on parlerait en aparté et même pire, je n’aurais peut-être plus envie de continuer, pour rester avec toi ! Je sais que mes camarades ont besoin de moi?Si je
me relâche, je crois qu’ils vont abandonner. On doit sacrifier ces moments, ou l’on serait bien ensemble, pour continuer? Je sais que ça va être difficile, d’autant
que je me sens vraiment seul dans la classe.
Je ne peux même pas me permettre de copiner avec les uns ou les autres, c’est comme si j’étais une note de musique, ni noire, ni blanche, ni dièse, ni croche, une
note qu’aucun musicien ne peut jouer, mais une note indispensable à la partition !
-Mais pourquoi tu fais tout ça ?
Et je lui raconte ce qu’a été ma vie ces derniers temps, mes états d’âme, mes résolutions et je crois qu’il a compris.
À la fin de mon récit, je me sentais un peu hébété, comme si mon âme elle-même s’était enfuie avec les mots que je prononçais.
Je n’ai pas dis la souffrance que m’impose l’absence de mes parents, j’ai deviné la sienne quand il me parlait de son père.
Cette nuit, il n’y aura pas de carpe.

Au petit matin, on se retrouve au déjeuner. J’ai donné à Charles les écrits de la
veille. Il n’a rien dit, mais se lève, passe derrière moi et m’ébouriffe les cheveux avec sa grosse main. Je le vois plier soigneusement la feuille de papier pendant qu’il se
dirige vers sa tente.
Un détecteur choisi ce moment pour attirer notre attention. C’est sur une des cannes de Jean-Denis.
-A toi Damian !
-Mais?
-Allé, prend la canne ! mouline un peu ! Voila, un petit coup sec pour ferrer !
Je ressens à travers la ligne les coups de boutoir que donne le poisson pour se Libérer. Les sensations sont étranges, mais j’ai surtout peur la que la carpe se
décroche?
Enfin, dans l’épuisette et puis sur le tapis de réception, je peux admirer ?mon? poisson.
J’apprends que c’est une carpe miroir. Charles la pèse, huit kilos trois cent. Je n’en reviens pas. Je regarde Jean-Denis, tout sourire dehors, il est heureux.
Après les photos, La carpe dans mes bras, j’entre dans l’eau et j’ai la joie de rendre la liberté, à ce poisson magnifique.
C’est magique comme moment. Libre, elle reste un instant dans mes jambes, je peux même la caresser. C’est comme si elle me pardonnait de l’avoir attrapée.
-Charles ?
-Oui !
-Je pourrai revenir avec vous ?
-Avec plaisir !
-Merci !
Jean-Denis vient de me frapper sur l’épaule.
-Tonton ?
-Oui !
-Je crois qu’il a attrapé le virus !
-C’est aussi mon avis !


Quand devant chez lui, je quitte Jean-Denis, nos regards sont différents, la poignée de main plus appuyée.

204
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Dingo
Membre banni
 

Nous a rejoints le : 21 Juin 2008
Messages : 6 856
Patientez...

Sems.... poursuit, rien n'empêche quiconque qui a une idée d'ouvrir un autre fuseau et de proposer un script.
tu es bien parti - quelques uns attendent la suite et le bouclage de ta proposition. Si chaque fois qu'on donne une idée on doit obliger un rédacteur de tout reprendre à zéro, il n'y a plus d'originalité. Tu connais la fable du meunier, de son fils et de l'âne??? Fonce..... et n'hésite pas.


Citation:
J'ai lu dans quelque endroit qu'un Meunier et son Fils
L'un vieillard, l'autre enfant, non pas des plus petits,
Mais garçon de quinze ans, si j'ai bonne mémoire,
Allaient vendre leur Âne un certain jour de foire.
Afin qu'il fût plus frais et de meilleur débit,
On lui lia les pieds, on vous le suspendit ;
Puis cet Homme et son Fils le portent comme un lustre ;
Pauvres gens, idiots, couple ignorant et rustre.
Le premier qui les vit de rire s'éclata.
Quelle farce (5), dit-il, vont jouer ces gens-là ?
Le plus Âne des trois n'est pas celui qu'on pense.
Le Meunier, à ces mots, connaît son ignorance.
Il met sur pied sa Bête, et la fait détaler.
L'Âne, qui goûtait fort l'autre façon d'aller,
Se plaint en son patois. Le Meunier n'en a cure;
Il fait monter son Fils, il suit : et, d'aventure
Passent trois bons Marchands. Cet objet leur déplut.
Le plus vieux au Garçon s'écria tant qu'il put :
Oh là oh, descendez, que l'on ne vous le dise (6),
Jeune homme qui menez Laquais à barbe grise ;
C'était à vous de suivre, au Vieillard de monter.
Messieurs, dit le Meunier, il vous faut contenter.
L'enfant met pied à terre, et puis le Vieillard monte,
Quand, trois filles passant, l'une dit : C'est grand honte
Qu'il faille voir ainsi clocher ce jeune fils,
Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis,
Fait le veau sur son Âne et pense être bien sage.
Il n'est, dit le Meunier, plus de veaux à mon âge.
Passez votre chemin, la Fille, et m'en croyez.
Après maints quolibets coup sur coup renvoyés,
L'Homme crut avoir tort et mit son Fils en croupe.
Au bout de trente pas, une troisième troupe
Trouve encore à gloser (7). L'un dit : Ces gens sont fous!
Le Baudet n'en peut plus, il mourra sous leurs coups.
Hé quoi, charger ainsi cette pauvre Bourrique !
N'ont-ils point de pitié de leur vieux domestique ?
Sans doute qu'à la foire ils vont vendre sa peau.
Parbieu, dit le Meunier, est bien fou du cerveau
Qui prétend contenter tout le monde et son père.
Essayons toutefois, si par quelque manière
Nous en viendrons à bout. Ils descendent tous deux.
L'Âne, se prélassant (8), marche seul devant eux.
Un Quidam les rencontre, et dit : Est-ce la mode
Que Baudet aille à l'aise et Meunier s'incommode ?
Qui de l'Âne ou du Maître est fait pour se lasser ?
Je conseille à ces Gens de le faire enchâsser (9).
Ils usent leurs souliers et conservent leur Âne :
Nicolas au rebours ; car quand il va voir Jeanne,
Il monte sur sa bête ; et la chanson le dit. (10)
Beau trio de Baudets! Le Meunier repartit :
Je suis Âne, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue ;
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ;
Qu'on dise quelque chose ou qu'on ne dise rien,
J'en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien.

Quant à vous, suivez Mars, ou l'Amour, ou le Prince ;
Allez, venez, courez ; demeurez en province ;
Prenez femme, abbaye, emploi, gouvernement :
Les gens en parleront, n'en doutez nullement
205
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis ancien sdf/fse/suf+dorénavant ENF  Profil de Dingo  Voir le site web de Dingo  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

+1
Ha!ha
Bien sûr que je poursuis et je suis même content qu'une autre idée surgisse. Je souhaite simplement que les gens soient à l'aise et qui sentent bien, que rien n'est figé.
206
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Bonjour Sems, j'ai proposé si besoin est de déplacer mon message ou de créer un fil supplémentaire.

Cependant si j'ai trouvé opportun de le poster ici, c'est en me référant à la proposition initiale de Chevreuil (qui a créé le fuseau). Tu as développé une idée et suscité quelques réactions (y compris la mienne), mais Chevreuil dans ses interventions n'a pas semblé y accorder une attention exclusive. C'est pourquoi je n'ai pas eu l'impression qu'il ait fermé la porte aux nouvelles idées. J'ai lu tout le fuseau, même si je me suis moins concentré sur ton scénario que sur les propositions ou remarques de tous les forumeurs qui interviennent. D’ailleurs plusieurs ont du mal à suivre ton histoire parce qu’on manque de repères clairs. On ne sait pas bien où tu veux en venir.

Je ne vois pas d'inconvénient à ce que ce fuseau soit désormais consacré exclusivement à ton histoire, mais cela ne m'a pas encore semblé flagrant, c’est pourquoi je n’ai pas l’impression de poster trop tard. Ton idée mérite un fuseau exclusif pour qu'on puisse suivre plus facilement le déroulement et garder celui-ci pour d'autres propositions. A voir.

Le polar que j'ai suggéré n'a rien d'extraordinaire. Ce n’est qu’un exemple, une base de travail à exploiter éventuellement. L'intérêt de ma proposition n'est pas tellement l'histoire en elle-même mais plutôt des idées simples et claires pour permettre d'introduire le scoutisme.

C'est un peu cette simplicité et cette clarté qui manquent dans ton scénario. On a une succession de scènes et beaucoup de texte mais on a un peu de mal à suivre. Il faudrait qu'on puisse avoir une vue d'ensemble de l'histoire avec les étapes-clé, les personnages principaux et non des textes isolés ou des idées qui viennent les unes à la suite des autres. As-tu déjà fini l'histoire ou es-tu en train d'écrire? As-tu déjà une idée précise de l'aboutissement? Je n’en ai pas l’impression, j'ai plutôt l'impression que tu mets la charrue avant les boeufs.

Je crois que si tu veux impliquer davantage de personnes, il faudrait...
-Soit que tu donnes un roman ou scénario fini sur lequel on s’appuie pour travailler la mise en scène. Ce sera à prendre ou à laisser mais au moins tout est écrit. Or je n’ai pas l’impression que ce soit le cas. On ne sait pas encore à quoi on s’engage.
-Soit que tu donnes des directions mais en restant assez ouvert pour qu’on puisse apporter des nouvelles idées, autrement dit que tu donnes l’«architecture» ou le plan pour qu’on puisse bosser dessus. Ce n’est pas encore très clair.

J’ai l’impression que tu veux écrire seul ton histoire, sans savoir encore ce que tu cherches exactement. De plus je ne sais pas dans quelle mesure nos remarques changent quelque chose. Tu accueilles les critiques avec fair-play et les encouragements avec satisfaction, mais tu écris seul sans tirer conséquence de nos remarques. J’ai l’impression que tu attends de nous des commentaires et non une contribution réelle.

Ceci dit j'admire le gros effort que tu dois fournir pour écrire ton histoire même si elle me paraît peu réaliste.

FSS

Af'
207
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Bonjour Af’ le loup

Comment tu as fait pour comprendre. C’est vrai, j’écris un roman qui va me rapporter plein de sous et cela grâce au forum. Je veux bien entendu être le seul ,car de toute manière, j’ai raison. Personne je dis bien personne n’a le droit d’intervenir pour me dire que l’histoire n’est pas bien.

Allons, soyons sérieux, mon souhait est de voir ce projet achevé, qu’importe l’histoire, qu’importe le scénario, qu’importe qui l’écrit. Je regrette que tu ne l’es pas compris et que tu me prêtes des intentions que je n’ai pas.

Je fais ce que je crois devoir faire et si je me trompe, j’en serais désolé. Il n’y a que ceux qui ne font rien, qui ne se trompe pas.

Je n’ai jamais refusé quoi que ce soit, j’ai essayé d’expliquer ma position, mais jamais on ne m’a demandé d’écrire autre chose. Si je suis capable d’écrire ce type d’histoire, je serais certainement incapable d’écrire autre chose.

J’attends d’autres réactions, pour véritablement remettre en cause ce que je fais, même si je réfléchi à ce que tu as écrit.

Je retiens en autre, la possibilité de poster l’histoire finie, car en effet j’ai pu me tromper en pensant que les personnes, auraient plus de faciliter, à critiquer sur une ou deux scènes, que sur l’histoire terminée.

Ce fuseau ne m’est pas réservé tout le monde y a sa place.

Maintenant, je redis que si cette histoire ne plaît pas à une majorité, ce n’est vraiment pas un problème, on travaillera sur une autre. De mon côté je ne renonce pas à l’écriture de celle-ci, même si elle ne doit pas être utilisée, par la suite.

PS : Je pense que Chevreuil est assez grand pour s’exprimer.
208
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Ouh là, ouh là, ne te fâche pas Sems.

Alors en ce qui me concerne je trouve tout à fait légitime que tu écrives seul. Mais il ne s'agit pas d'un procès d'intention gratuit de ma part. C'est simplement l'impression que j'ai quand je te lis parce que tu livres des textes et des dialogues déjà rédigés et non des idées ou un plan comme base de travail.

Mais bon, si tu souhaites développer une histoire à plusieurs, ce qui est le cas si je t'ai bien compris, il me semble que c'est un peu désorganisé. Par souci de proposer rapidement quelque chose tu envoies des paragraphes déjà écrits mais pour une histoire qui paradoxalement n'est pas encore bien définie. C'est ça qui m'a fait dire que tu mets la charrue avant les boeufs.

Chevreuil ne s'est pas exprimé sur l'avenir de son fuseau, c'est justement pourquoi je suis étonné que tu te l'appropries un peu en présentant ton idée comme la direction à suivre et toute autre comme hors-propos. Encore une fois je ne suis pas contre l'idée de laisser l'exclusivité du fuseau à ton histoire, mais tant que je n'ai pas l'avis de Chevreuil ou d'un modérateur sur la réorientation de la discussion, ma foi, je ne vois rien qui nous empêche de lancer de nouvelles idées.

Petite question. Quand tu dis "Ce fuseau ne m'est pas réservé tout le monde y a sa place" j'aimerais savoir si on a sa place seulement pour parler de ton histoire ou aussi pour donner d'autres idées (comme je l'ai fait).

Ne te trompe pas sur mon compte. Je n'ai absolument rien contre toi, j'ai juste besoin de savoir où je peux m'exprimer et faire des propositions et je ne vois aucun problème à ne pas relancer mon idée de polar ici. Clin d'oeil

Af'
209
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Comment veut-tu que je vive tes remarques? Je peux même te dire que je me suis senti agressé. Mais c'est mon problème, je fais avec.
Dieu sait si j'ai souhaité de l'aide pour faire vivre ce fuseau, pour avoir des avis, des opinions et si je me suis mis à écrire c'est pour proposer quelques chose, à la place de rien, en espérant des observations, d'autres idées, car rien ne bougeait. J'ai toujours dis que ce n'étais qu'une proposition de scénario et c'est vrai que j'ai fais ça par (morceau) pour que les personnes puissent s'investir et réagir. Est ce une erreur? Je ne sais pas; J'ai également dit (et si tu avais lu tu le saurais), que si je prenais trop de place, il fallait me le dire. Je ne me suis rien approprié, Je n'ai fais que vouloir aider pour aller au bout de l'aventure et je continurais.
D'autre part, l'histoire, n'est pas le scénario ce n'en est que la base possible.

Bien sur que tu peux t'exprimer ici. J'ai toujours répondu aux critiques et j'en ai tenu compte quand je pouvais me tromper. Ce fuseau n'a jamais été mon fuseau et ne le sera jamais.


Je te signale au cas ou tu ne le saurais pas que le souhait de Chevreuil était un film avec des jeunes, qui pourrait commencer dans un collège, avec une présence scoute (Camp-veillée-jeux)Si je ne me trompe pas bien sûr.

Maintenant on fait quoi?
Moi, je suis prêt à collaborer avec d'autres idées, à me remettre en cause. Mon but: Aller jusqu'au bout de ce projet.


210
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
AndreRaider
Membre confirmé
 

  
TECHNIQUE: 3 points
BONNE HUMEUR: 67 points
Église : Hospitalier
Nous a rejoints le : 27 Janv 2009
Messages : 3 813

Réside à : Clermont Ferrand
Patientez...

hello, Sems et Af'
Je ne vais pas m'immiscer maintenant dans le débat de fond, mais donner mon point de vue sous l'angle méthode.

Il me semble que la maniére de gérer des scénarios différents présentés par des rédacteurs concurrents est de créer des fuseaux distincts, dans lesquels chacun pourra participer et s'exprimer.
Il est même trés recommandé que tout le monde puisse participer et s'impliquer.

Par contre, de maniére périodique, il faut faire le point sur les avancées de chaque scénario.
Cette méthode reprendrait en fait l'idée déjà mentionnée par Dingo

Qu'en pensez vous ?
211
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis Raider Scout de France  Profil de AndreRaider  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Te sentir agressé?!! Es-tu sûr d'accepter les critiques, Sems? Je veux dire toutes les critiques? Ce qui m'ennuie ce n'est pas que tu écrives même beaucoup, loin de là. Ce qui m'ennuie c'est que sous prétexte d'avoir été le premier à proposer quelque chose de consistant tu nous obliges à nous concentrer sur ton scénario.

Ce qui m'étonne c'est que tu te plains que personne ne bouge et que tu rejettes les idées nouvelles comme des sources de dispersion alors que personne ne leur a fermé la porte. Personne ne t'empêche d'aller au bout de ton histoire. Ce n'est pas parce que je lance une autre idée que tu es obligé de repartir à zéro. Recommencer ou continuer ton scénario, c'est ton problème. Si tu es motivé va jusqu'au bout de ton idée, il n'y a aucune raison de t'arrêter.

Tu as pas mal déjà avancé dans ton scénario et quelques forumeurs ont l'air de te suivre. Très bien. Mais d'autres auront peut-être d'autres idées. Le mieux serait que tu recopies et continues ton histoire sur un fil à part pour permettre à ceux qui veulent de la commenter, l'améliorer...

Quant aux autres (dont moi) on a peut-être encore besoin de discuter du fond (objectif visé, public concerné...) avant de commencer à élaborer un plan de scénario.

Af'
212
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
Dingo
Membre banni
 

Nous a rejoints le : 21 Juin 2008
Messages : 6 856
Patientez...

Af' quand tu dis:
Citation:
Le mieux serait que tu recopies et continues ton histoire sur un fil à part pour permettre à ceux qui veulent de la commenter, l'améliorer...


tu n'as pas l'impression de jouer un peu à "pousse toi de là que je m'y mette" sifflote : je trouve que ce n'est ni élégant, ni courtois pour le coup hé hé !. C'est à toi venu sur le fuseau un peu plus tard d'ouvrir un fuseau parallèle, de proposer ton scénar à la lecture et à la critique. Bien sur que le fuseau a été ouvert par chevreuil, mais il en a été absent trèèèèèèèèèèèèèèèès longtemps jusqu'à ce que Sem le réactive et propose enfin quelque chose de concret, -le concret;c'est une des qualité du scout- il ne se l'est pas approprié; il l'a fait vivre.
Alors oui apparemment nous sommes quelques uns attaché à lire ce qu'il propose. Pour ma part je serais gourmand d'une autre proposition, pour pouvoir choisir et donner mon avis, mais en parallèle, pour qu'elle ne vienne pas se superposer "tardivement" ou rejette la précédente aux orties sans concertation des lecteurs. Or Af' le loup tu sais aussi bien que moi que la période est une période de latence peu de monde est derrière son écran actuellement. Alors prépare ton truc et met le nous en ligne sur un fuseau "Redorer un blason bis", enfin si tu le veux bien et si tu es aussi bon joueur que Sem.
213
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis ancien sdf/fse/suf+dorénavant ENF  Profil de Dingo  Voir le site web de Dingo  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Bonjour, af’ le loup
Je ne vais pas commenter ton dernier poste, je préfère aller de l’avant.
Qu’est ce qui nous rapproche ?
Si je ne me trompe pas, c’est quand même la réalisation d’un film, issu de l’idée de Chevreuil et comme je l’ai déjà dit, qu’importe l’histoire, qu’importe qui l’écrit.
Moi, je posterais plus tard, l’histoire achevée donc tu peux utiliser sans souci ce fuseau.
Malgré tes impressions, je suis content qu’un autre scénario soit proposé et si je peux aider je le ferai sincèrement.
Bonne continuation.
214
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Citation:
Le 2009-08-03 00:18:00, AndreRaider a écrit :

hello, Sems et Af'
Je ne vais pas m'immiscer maintenant dans le débat de fond, mais donner mon point de vue sous l'angle méthode.

Il me semble que la maniére de gérer des scénarios différents présentés par des rédacteurs concurrents est de créer des fuseaux distincts, dans lesquels chacun pourra participer et s'exprimer.
Il est même trés recommandé que tout le monde puisse participer et s'impliquer.

Par contre, de maniére périodique, il faut faire le point sur les avancées de chaque scénario.
Cette méthode reprendrait en fait l'idée déjà mentionnée par Dingo

Qu'en pensez vous ?

C'est bien ce que je souhaite. Je n'ai fait que poster une idée de scénario et n'ai pas l'intention de la développer ici. Ce n'est qu'une base de travail éventuelle. Mon idée de polar qui n'a rien d'exceptionnel ne vise qu'à montrer qu'on peut partir d'un sujet simple et le rendre original en introduisant le scoutisme. Si je devais écrire des chapitres entiers, je créerais un nouveau fuseau évidemment.

Dingo, je n'ai pas l'impression de jouer à "pousse-toi là que je m'y mette". C'est justement parce que j'ai lu tout le fuseau - et pas seulement les proses de Sems - que je me permets de donner des idées nouvelles parce qu'a ma connaissance rien n'est encore figé. Y-a-t-il une date limite pour écrire une réflexion? A-t-on déjà constitué une équipe de travail? validé définitivement le sujet proposé par Sems? Et qui décide quoi? Il me semble qu'en général c'est l'initiateur du fuseau ou un modérateur qui en cas de désaccord a autorité sur le débat, non? Trouves-tu élégant d'évoquer l'absence de Chevreuil pour s'approprier le sujet? Au nom de quelle logique?

Je te remercie Sems d'être content de voir apparaître de nouveaux sujets. Sache que si je propose que tu crées un fuseau spécialement pour ton histoire c'est justement pour qu'elle soit plus facile à suivre et que les différents commentaires ou réactions portant plus généralement sur le projet de film ne viennent pas compliquer la lecture. Et si je préfère qu'on garde ce fuseau pour étudier les nouvelles idées c'est en pensant à ceux qui prennent -comme moi- la discussion en cours. Je suis étonné comme toi du peu de propositions depuis que tu as commencé ton histoire. Peut-être parce qu'elle est si super-intéressante qu'on n'a rien à redire ni à proposer, mais peut-être aussi parce qu'elle nous barbe mais qu'en proposant autre chose, on a peur de déranger ou de se faire rembarrer (comme moi) parce qu'il serait trop tard pour intervenir.

Je n'ai pas envie d'utiliser ce fuseau pour écrire des scénarios, j'aimerais qu'on le garde plutôt pour étudier les différentes idées tant qu'on ne sera pas fixé définitivement sur une histoire. Si tu préfères continuer ton histoire ici, je n'insiste pas et m'en tiendrai à commenter uniquement ton scénario sans aucune difficulté. Seulement par respect pour tous les lecteurs, je souhaite que ce soit plutôt un modérateur ou l'initiateur du fuseau qui en soit l'arbitre.

Voilà j'espère qu'il n'y a pas de malentendu entre nous. C'est mon dernier mot Jean-Pierre. FSS!

Af'
215
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
1
Patientez...

J’ai un peu de mal à imaginer des membres de ce forum, de ce fuseau, avoir peur de s’exprimer. En ce qui me concerne, je n’ai jamais remballé quiconque et si des personnes se sont senties agressées par mes écrits, cela n’a jamais été volontaire.

Maintenant, je prends des gants.

Pour en revenir au projet et dans un souci d’apaisement, j’étais prêt à changer de méthode (poster l’ histoire terminée), de façon à permettre l’expression d’un autre projet. L’initiateur de cette nouvelle idée, a choisi d’ouvrir un autre fuseau. Donc, sauf avis contraire de votre part, je m’en tiendrais à ce qui s’est fait jusqu’à maintenant, car j’ai le sentiment que ce fuseau vit un peu grâce à cette méthode et si je me trompe il faut le dire.
Je rappelle que j’attends vos observations, vos critiques, vos idées et si vous pensez que les explications que je donne sont insuffisantes , il ne faut pas hésiter à en demander d’avantage. Si ma présence et par trop envahissante et empêche l’expression d’autres personnes, il ne faut pas non plus hésiter à me le dire, j’interviendrais moins souvent. Ce n’est pas un problème.

Petit rappel du résumé de l’histoire.
Damian est scout mais ces derniers temps il a fait de grosses erreurs et Il a tourné le dos à Dieu. Yanns va l’aider à comprendre ce qui c’est passé et Damian décide de retrouver sa dignité et son honneur perdu. Il va être confronté à des situations difficiles qui vont lui permettre de grandir et dans sa quête il va rencontrer des jeunes de son âge également perdu, qu’il va entraîner avec lui. L’ équipe sera composée de cinq garçons et d’une fille. Très vite ils ne deviendront pas des amis mais plus que cela , ils ne deviendront pas frère et sœur, mais plus que cela. C’est la fraternité. Ensemble ils vont réaliser des choses, toujours dans le sens d’aider son prochain. Ils vont rencontrer souvent des scouts qui toujours les invitent à les rejoindre, mais si Damian ne se sent pas encore prêt, ses amis encore moins car ils ne connaissent rien au scoutisme. Pourtant, invité par une troupe, les événements vont obliger cette « fratrie » à faire un choix.

Si ça ne convient pas, il faut le dire car, c’est un peu vrai que j’attendais des critiques, des observations, plus sur le fond que sur la forme. En effet, je me suis attaché à ce que j’ai pu comprendre, de l’esprit avec lequel, Chevreuil, souhaitait que se déroule le film. Mais là aussi j’ai pu me tromper.
216
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Suite

C’est mardi que Jean-Denis m’aborde, l’air un peu catastrophé.
-Damian, tu fais quoi demain après-midi ?
-A part les devoirs, je n’ai rien de prévu ! Pourquoi ?
-Ecoutes, y a un gars qui vient de déménager à côté de chez moi, il est venu me voir
et m’a demandé de lui faire visiter la ville. Il est plus jeune que nous, je lui donne
douze, treize ans, mais il me semble un peu bizarre !
-Bizarre comment ?
-Je ne sais pas, mais il me met mal à l’aise ! Tu ne veux pas venir avec nous ?
-pourquoi pas !
-Ouf ! Merci.

C’est comme ça que mercredi après-midi je fais la connaissance de Nathan.
Chétif, son visage dénué d’expression. Il ne semble ni
inquiet, ni heureux. Souvent la tête basse, silencieux, c’est à peine s’il ose nous
regarder. J’ai un peu de mal à supporter cette situation, d’autant qu’avec Jean-Denis
on reste silencieux pour que Nathan ne se sente pas mis à l’écart.
À un moment de notre ballade, je décide de brusquer les choses et je me retourne un peu vivement vers Nathan qui marchait dernière nous.Il a levé les bras devant son visage, comme si j’allais le frapper, s’est reculé puis m’a fixé de ses yeux sans expressions.
Cloué. Je suis cloué au sol comme si mes pieds pesaient des tonnes, puis je retrouve
ma voix.
-Ho Nathan, pourquoi tu as peur ? Je ne vais pas te frapper.
Les bras toujours levés, il regarde ses pieds sans répondre.
Je m’approche, il se recule encore un peu, j’insiste et tout près de lui je mets la main
sur son épaule. Il sursaute comme si je l’avais brûlé.
Jean-Denis vient à côté de lui.
-Qu’est ce que tu as ? Pourquoi tu es comme ça ?
-
Enfin il baisse les bras, nous regarde l’un après l’autre avec des larmes dans les yeux, puis,
-Je veux rentrer chez moi !
Le poison du soupçon commence à faire son œuvre dans mon esprit torturé.
La peur, les gestes de défense, l’absence de dialogue, la douleur quand je lui touche l’épaule? C’est quoi ?
Je veux en avoir le cœur net.
Je m’approche encore un peu plus de Nathan et je lui pose ma main entre les
omoplates.
Un cri, puis des sanglots qui lui soulèvent les épaules et il se laisse tout doucement glisser vers le sol.
-Tu veux bien venir avec nous ?
Il relève la tête, regarde Jean-Denis, quêtant une improbable réponse.
Enfin il parle.
-Pour quoi faire ? Et où ?
C’est aussi la question que je me pose. Quoi faire pour l’aider.
-Ecoute, il faudrait que tu nous dises ce qui se passe. Nous, on veut bien t’aider mais?
-Vous pouvez pas!
-Tu a raison, si tu ne nous parles pas ! Moi, je sais que tu as mal au dos? On te... bat ?
L’attente semble durer, durer puis,
-Vous ne direz rien ?
-Je ne sais pas ! Il faudra que tu nous fasses confiance !
Jean-Denis s’accroupit devant lui.
-Allé Nathan, rien ne sera pire, que ce que tu vis actuellement? si Damian a raison !
-Bon d’accord ! C’est vrai !
Depuis quelques minutes j’ai décidé de faire appel à Yanns.
Je sors mon téléphone.
Nathan se redresse.
-Qu’est ce que tu fais ?
-J’appelle mon parrain ! Il va nous aider ! Nous allons aller chez moi ! Ce n’est pas
sur ce bout de trottoir que nous allons discuter ! Il va venir nous prendre avec sa
voiture et ne t’inquiète pas on te ramènera chez toi ! Ca va ?
-Je crois !

Après avoir téléphoné et dans l’attente de Yanns nous restons silencieux. Les regards
pleins d’interrogation entre Jean-Denis et moi se multiplie. Une seule fois Nathan
parlera.
-Je ne ferai rien, qui puisse l’envoyer en prison !
Nouvel échange de regard avec Jean-Denis.

Enfin Mon parrain nous rejoint, nous montons dans la voiture, toujours silencieux.
Yanns ne dit rien, ne pose pas de question, il sait que les explications seront pour plus tard.
Dans le salon, Nathan vient de finir son histoire, qui se résume à un père alcoolique,qui le frappe pour un oui pour un non, quand il a dépassé sa dose d’alcool quotidienne.
Yanns prend alors les choses en main.
-Nathan, j’aimerais que tu enlèves ton sweat ! Tu as peut-être besoin de soins ! Tu veux bien ?
Il ne répond pas, mais se lève et avec difficultés retire son vêtement.
La vue de son dos nous arrache une exclamation de surprise.
Je ?cambronise? la pièce à plusieurs reprises.
Yanns sort pour revenir quelques instants plus tard avec un tube de pommade qu’il commence à passer sur les blessures.
Nathan, a dû mal à réprimer, ses gémissements.
Quand c’est fini,
-Nathan, il ne t’a jamais frappé ailleurs que sur le dos ?
-Non Monsieur !
-Bon ! Allé rhabille-toi ! Maintenant, je dois t’amener voir les gendarmes !
-Ho non Monsieur !je ne veux pas y aller !
- Nathan, écoute-moi ! J’ai deux raisons pour ça ! La première, c’est la loi ! La
Deuxième, imagine toi que je ne fasse rien et qu’il t’arrive quelque chose, un mauvais coup qui entraînerait une blessure grave, ou même pire, comment crois-tu
que je vivrais avec ça ?
-Il ne m'arrivera rien!
-Tu en es sûr ? Honnêtement ?
Il éclate en sanglot, nous regarde, puis regarde Yanns !
-Je ne sais pas Monsieur ! je ne sais pas ! C’est vrai des fois il est comme fou ! Mais je l’aime mon papa ! Je ne veux pas lui faire de mal !
-Nathan, c’est vrai qu’il va avoir des ennuis mais c’est peut-être le seul moyen pour que ton papa se fasse soigner ! Dis- moi, ta maman elle sait qu’il te bat ?
-Ho oui Monsieur ! Même qu’elle essaye de me défendre et elle aussi prend des coups ! Elle à peur de lui ! C’est pour ça qu’elle n’a jamais rien dit !
-Tu vois, en allant voir les gendarmes tu vas aussi aider ta maman !
-J’ai peur ! Ils ne vont plus m’aimer, je vais me retrouver tout seul ! Qu’est ce que je vais faire hein ?
-Attend Nathan ! Chaque chose en son temps? Alors on y va ?
Après une longue hésitation et de gros soupirs.
-Si vous croyez que c’est le mieux !
-C’est le mieux Nathan, crois-moi !
-Bon d’accord !
Ils sont partis tous les deux et avec Jean-Denis nous tombons sur le canapé, épuisés.

Dans le local de la patrouille, Jérôme et ses copains, prépare la sortie du W-E.
Comme à chaque fois, l’enthousiasme et de rigueur.
Qu’est ce qu’on va faire ?
Qu’est ce qu’on va manger ?
Tout le monde vient ?
A quelle heure on part ?
On revient quand ?
On va où ?
Qui nous amène ?
C’est quoi le jeux ?
Les questions fusent et comme d’habitude, Jérôme organise.
Pourtant, pour ceux qui le connaissent bien, il semble tracassé.
Souvent, ils le surprennent à regarder la porte, ou bien, l’air d’être ailleurs, peu se lire dans ses yeux.
S’ils savaient !
Puis subitement il s’exclame !
-Damian !
Un scout.
-Qu’est ce que tu dis, Jérôme ?
-Ho non, excusez-moi ! Je pensais à autre chose.

Yanns rentre seul à la maison. Avec impatience nous attendons ses explications.
Il ne sait pas grand-chose, si ce n’est que Nathan devait voir un médecin, que son père devait être entendu par les gendarmes et que le garçon devrait rapidement rejoindre sa maison.
En ramenant Jean-Denis chez lui, il me promet de prendre des nouvelles de Nathan.

Julien, Rémy et Didier travaillent dur et entre eux, une compétition s’est installée.
C’est à celui qui rattrapera ses cours le plus rapidement posssible. Une nouveauté.
Un professeur après nous avoir donné un devoir est allé parler avec eux. J’ai su un peu plus tard, qu’il se proposait de les aider, s’il en avaient besoin.
C’est vrai qu’ avec mes camarades on fait ce que l’on peut et si ça marche bien dans l’ensemble, on à quand même des difficultés à expliquer certains problèmes, certains
exercices. L’aide d’un prof ne peut qu’être bénéfique et puis nous on est content car on a l’impression que nos efforts sont reconnus?

A midi, je vois Jérôme qui vient vers moi.
Ho non, il ne va pas me relancer. Je suis prêt à lui mettre les points sur les ?I? quand de sa poche il sort une lettre.
-Bonjour Damian ! Tiens ! Lis ça !
Il n’attend pas de réponse et me tend le papier.
Je dépli la feuille et commence à lire.

Je suis là, mon bout de corde à la main. De n’avoir senti l’amour de mon père, de ma mère,
m’a conduit sur ce chemin de nulle part.
La certitude de ma décision est grande,
à personne je n’ais livré mes pensées,
mes copains n’existent plus.
Seul peut-être Julien?Axel?
Enfin je vais trouver un arbre, mon arbre.
A la plus haute branche, mon lien va attacher.
Etranger à mes actes, je n’ais pas peur.
Allé, c’est le moment.
La tête levée, je grimpe sur le bois,
Le nœud me passe au cou.
Je ne veux plus exister, nul ne peut m’y obliger.
Je ne peux, par charité, tenter de vivre.
Pourtant il me reste quelque chose, une rumeur.
Ce n’est pas de conscience, ce n’est pas de peur.
Peut-être un message oublié,
une image trop inaccessible et c’est trop peu.
mon corps alors sans plus se poser de question,
Saute dans le vide.
La corde se tend me supprimant la vie, supprimant ma misère.
Sur mon cou, elle va laisser sa trace
signant ainsi ses aveux.
Est-elle vraiment coupable?
Dans la poche de mon pantalon,
Fouillé par les gendarmes,
Un papier aurait été trouvé
et donné à ma maman.
Sur ce mot que je n’adresse à personne, elle pourra lire,
Je ne meurs pas? Comme un chien, je crève?

Souvent, pendant la lecture, j’ai levé les yeux vers Jérôme, incrédule.
-C’est quoi ça ? C’est dingue ? C’est toi qui a écrit ça ?
-C’est dingue oui ! Non ce n’est pas moi qui l’ai écrit ! Figure toi que j’ai trouvé ce papier mardi dans la poche de mon blouson?
-Tu ne sais pas qui l’a écrit ?
-Non ! A ton avis, ça veut dire quoi ?
-Comme ça, tout de suite, je ne sais pas ! Pourquoi tu m’as fais lire ce papier ?
Et avec un grand sourire,
-Devine !
Alors je décide
-On se voit à la sortie !
-C’est tout ce que j'espérais ! Merci.
217
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
1
Patientez...

Ouf ! Bonsoir Sems, après avoir lu plus attentivement ton histoire (sauf les deux derniers posts), j’aimerais faire quelques remarques. Pardon pour ma franchise.

- Début de l'histoire - Quand un gamin se blesse et qu’un adulte vient le secourir, à mon avis l’urgence et la douleur ne leur permettent pas d’avoir une conversation aussi facile. La situation ne laisse pas trop la place à l’ergotage, l’autorité et la force de l’adulte devrait suffire à s’imposer. Soit dit en passant, je suppose que Yanns n’a pas fait de secourisme parce qu’il aurait eu au moins le souci d’appeler le 112 avant de conduire la victime à l’hôpital. Admettons qu’il n’ait pas le téléphone, mais ce détail devrait être précisé.

- Qu’un pauvre gosse comme Damian qui a fait d’aussi graves bêtises et fugué puisse parler aussi rapidement avec un inconnu n’est pas du tout naturel, d’autant qu’il est blessé et sans doute pas fier. A son âge, dans sa situation, le plus vraisemblable est qu’il se montre farouche comme un animal craintif et s’enferme dans le mutisme. Là tu nous le fais parler trop facilement. Il faut du temps avant que la communication s’établisse, et encore plus pour l’apprivoisement. Ce n’est pas crédible.

- A l’hôpital, personne ne demande qui est Yanns, personne ne s’interroge sur l’origine des blessures de Damian. Quand un mineur se présente avec des vêtements probablement déchirés et mouillés et une fracture au poignet, la moindre des choses c’est de contacter ses parents et prendre son adresse... L’attitude du personnel de l’hôpital est plus que légère, elle est irresponsable. Pareil pour Yanns. On n’emmène pas un mineur chez soi comme ça sans prévenir au moins la police ou la DDASS puisque l’enfant refuse de donner le numéro de ses parents ou grands-parents en l’occurrence. C’est grave là. Du coup on est en droit de s’interroger sur la moralité du bon Samaritain.

- La guérison de Damian est trop rapide et facile. Il a traversé une épreuve terrible, il a vécu une descente aux enfers. A mon avis sa reconstruction mérite que tu t’étendes beaucoup plus.

- Je rejoins plusieurs forumeurs qui trouvent que les dialogues ne sont pas du tout naturels. Ça sonne faux déjà en mode écrit, et a fortiori en mode parlé. Je doute que tu puisses en tournage faire tenir ce langage à des scouts avec naturel. Le langage est franchement trop décalé par rapport à la violence supposée. Sans utiliser le vocabulaire «trash» (et donner le mauvais exemple), évite au moins de faire trop de phrases construites quand tu fais parler les ado. Par exemple «je m’appelle Jean-Denis» peut être remplacé par «moi, c’est Jean-Denis» et en réponse au lieu de «bonjour, je suis Damian», un simple «Damian» peut suffire.

- S’agissant de la conversion des «perturbateurs» qui se mettent à bosser, là tu donnes carrément dans l’utopie. Ce n’est pas un ado qui se laissant tabasser pourrait arriver à convaincre les «terreurs». Il faut qu’il puisse s’imposer à un moment ou un autre, par la force ou par l’intelligence (genre un piège astucieux qui ridiculiserait les trois types...). Et de toute façon quand un ado se fait battre comme ça soit il s’écrase, soit il se révolte par la vengeance. Il n’a ni la maturité ni la force de caractère suffisantes pour mener un tel combat moral. A supposer qu’un tel miracle puisse se produire, le public ne marche pas. C’est peut-être primaire comme schéma, mais avant que les emm...eurs ne se mettent à vouloir bosser, il faut au moins qu’ils reçoivent une leçon et apprennent qui est le maître, le caïd.

- Quant à l’attitude du proviseur face aux blessures visibles de Damian, elle est aussi irresponsable. Comment peut-on être aussi indifférent et laisser l’ado «gérer» seul sa douleur? Attention, c’est très grave.

D’une façon générale, ton histoire est intéressante et je comprends qu’on ait envie de la lire, mais il y a trop d’invraisemblances et de situations fantaisistes pour qu’on puisse l’exploiter d’une façon ou d’une autre. J’ai l’impression de lire un conte de fées. C'est limite «Joséphine ange gardien» en moins drôle. Pouf! un coup de baguette et tu sauves le monde. Ceci dit pourquoi pas? Mais dans ce cas allons jusqu’au bout de la logique et faisons carrément un film idéaliste, exaltant et lyrique à souhait.

J’espère que ces critiques ne t’ont pas découragé, elles n’enlèvent rien à ton mérite. Seulement je ne voudrais pas que tu t’investisses naïvement alors que l’histoire ne tient pas (encore) debout. Mais tu n’as pas travaillé en vain. Le déroulement actuel de l'histoire peut être conservé, mais il faudrait améliorer le scénario. Commençons par être plus exigeants quant à la vraisemblance à tous les niveaux. N’hésite pas à te documenter même pour les détails qui paraissent insignifiants. Et ne laisse rien au hasard. Tout doit être justifié, même le choix des noms ou des prénoms. Ils doivent nous apprendre quelque chose ou nous laisser une impression sur les personnages. N’oublie pas non plus qu’un spectateur a toujours besoin de s’identifier au héros à un moment ou un autre. Aussi fais attention au choix du prénom. «Damian», ça te plaît peut-être, mais c’est à mon avis trop sophistiqué. Qui s’y reconnaîtrait? Et puis rappelle-toi qu’on est dans la perspective du langage oral. Donc pour un prénom qui va être sans doute répété plusieurs fois durant le film la sonorité est importante. Enfin, n'oublie pas l'humour.

Bon courage pour la suite.

Af’

P.S. Je ne crois pas que tu aies agressé qui que ce soit ici. Quant à la peur de s'exprimer c'est plutôt de l'ordre de la délicatesse. Tu es si bien parti qu'on a des scrupules à couper ton élan (sauf moi apparemment).
Grand sourire
218
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Af’ le loup
Merci.
Dans les grandes lignes, tu as raison et pour être honnête, j’aurais aimé que ce post soit le premier, hormis le fait que tu as une nouvelle idée.

Ton post est constructif.

tes remarques, tes critiques ne peuvent que nous aider à faire avancer le projet.
Je suis bien conscient d’une certaine ?irréalité? de certaines situations. Je rappelle simplement, que je ne suis pas un écrivain, que j’ai pleins de lacunes et même si j’ai le canevas de l’histoire, j’écris au jour le jour ce qui n’est pas le scénario, mais un fil possible pour le réaliser.

Avec au moins Naouma, nous sommes bien conscients que le scénario nécessitera des rencontres pour l’élaborer, pour le finaliser, quelle que soit l’histoire. Tout peut changer également en fonction des moyens dont nous disposerons pour la réalisation et c’est un paramètre que je ne maîtrise pas actuellement et sur lequel il faudra bien sûr réfléchir.

Maintenant on peut aussi réfléchir sur le bien fondé, de créer un fuseau ? scénario?, mais pour cela, il me semble nécessaire que le choix de l’histoire soit établi, à moins de faires un fuseau scénario, scénario bis, scénario ter?

Parallèlement à ton idée et si tu en as envie, tu peux peut-être essayer de gommer les invraisemblances de cette histoire, dans le but de la rendre plus crédible. Comme j’ai déjà dit, cette histoire ne m’appartient pas, elle peut-être modifiée, transformée.

Mon élan est intact. Je terminerai cette histoire, ne serait-ce que par respect des personnes, qui semble prendre un certain plaisir à lire ce fuseau.
219
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Tu sais, mon idée encore une fois n'a rien de génial. Si j'ai pensé au polar, c'est pour plusieurs raisons:
-Ça se vend bien (au moins en littérature).
-C'est relativement simple, accessible aux jeunes et au grand public. La mise en scène est moins compliquée quand c'est de l'action (exige moins de subtilité dans le jeu des acteurs).
-Vu que le polar est un style très prisé, le spectateur ne fera la différence que sur l'originalité: le scoutisme.
Bref des considérations bien terre-à-terre, mais qui peuvent décider de la réussite ou de l'échec du projet.
Mais le polar n'est pas le seul style qui présente ces avantages.


Revenons à ton scénaro.

Ton histoire commence bien. Dès le début elle retient l'attention. Ça c'est génial. On sent qu'il y a un danger, de la tension... Par contre ensuite il ne faut pas laisser le rythme retomber avec des dialogues trop "écrits". Entre le sauvetage et l'hôpital, à mon avis tu devrais rester dans le rythme de l'action. Le danger est toujours là et Damian doit rester sur ses gardes. Il se laisse sauver parce qu'il ne voit pas de meilleure issue, mais il doit rester méfiant. Fais parler Yanns si tu veux. Il est normal qu'il pose des questions, mais pour Damian qui est quand même blessé je verrais plutôt le repli sur soi.

Ensuite premier passage délicat: l'hôpital. Là on se retrouve avec de nouveaux témoins. A priori Damian est coincé. Il faut donc trouver un moyen de justifier sa sortie. Je te propose ceci.

On peut dire par exemple que le personnel de l'hôpital demande les renseignements techniques habituels à Damian (nom prénom adresse...). Et comme Damian est résolument silencieux (ce qui est compréhensible), on interroge Yanns qui n'en sait pas plus et décrit simplement ce qu'il a vu.

Alors qu'on allait prévenir la DDASS ou la police -ce que Yanns approuve naturellement avec bon sens-, Damian sans surveillance disparaît (après avoir feint d'aller aux toilettes...). Stupeur générale!

Une fois sorti de l'hosto, Yanns reprend le volant. Comme par hasard en conduisant après un bonne demi-heure, il découvre Damian caché dans sa voiture. Comme il est sur une route isolée, il ne peut pas s'arrêter avant la prochaine agglomération. Yanns un peu affolé gronde le petit et dit qu'il va le remettre aux autorités. Rien de plus normal.

Mis devant la menace imminente d'être "livré" à la DDASS, Damian sort de son silence. Il n'a plus le choix. Et c'est seulement à ce moment que les premiers mots sont échangés. Mais ne va pas trop vite en faisant de longues phrases. Plutôt des dialogues éclair. Pense au rythme.

Ensuite, on peut raccrocher le wagon à ton histoire. Mais n'oublie pas qu'en hébergeant l'enfant chez lui, Yanns est dans la clandestinité. Damian est probablement recherché par la police et l'hôpital a les coordonnées de Yanns. Aussi veille à préciser les détails qui rendent crédible une telle situation. Si tu veux décrire Yanns comme un scout responsable, il doit être irréprochable par rapport à la sécurité et la protection des mineurs. Et dans ce cas, il faudrait qu'il s'explique à la police et obtienne la garde de l'enfant (il faut donc te renseigner sur la procédure). Sinon tu dois tenir compte que ce qu'il fait est peut-être charitable mais illicite.

Ensuite chez Yanns, il faut rester dans l'idée que le dialogue est naturellement difficile avec Damian. Celui-ci dans un premier temps (plusieurs jours voire plusieurs semaines) ne doit parler que s'il n'a pas le choix (sous l'ultimatum de Yanns...). C'est une période d'apprivoisement voire de dressage. Ton personnage actuel manque de rudesse. On voit mal comment il a pu traverser les épreuves de la vie. Donne-lui de l'animalité: la peur, l'agressivité... Cette dureté va d'ailleurs forger son caractère et lui permettre d'encaisser les futures violences du trio terrible de l'école. Ainsi tu justifies déjà la force morale qui permettra à Damian d'entraîner les cancres à bosser.

Fais comme tu sens, mais à mon avis "Damian" n'est pas un prénom assez viril pour ton personnage. Ça sonne "nian nian"... C'est un peu mou. Bref, si tu peux, essaie de lui trouver un prénom avec des consonnes un peu plus dures. Pareil pour Yanns. Pense aussi aux noms de famille. Si tu t'en dispenses il faudra gérer.

Af'
220
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

Je viens de faire un copier/coller, de tes remarques et j’ai bien l’intention d’en tenir compte, dans la perspective d’un choix, pour élaborer un scénario à partir de cette histoire. Si c’est le cas, j’ose espérer sincèrement ta participation.

Maintenant, je ne me crois pas capable, de modifier ma façon d’écrire. Je laisse aller mes doigts sur le clavier et c’est tout. C’est la première fois que j’écris un truc et je n’ai aucune formation qui me permettrait d’améliorer mon écriture, tant dans la construction que dans le souci du détail et crois-moi, ce n’est pas de la mauvaise volonté, ou le refus de changement.

Je viens de réaliser, que mon incompétence, amènera un surcroît de travail, si nous devons scénariser cette histoire.
221
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
Af' Le Loup
Membre confirmé

Nous a rejoints le : 03 Juil 2004
Messages : 3 870

Réside à : 92 et ... 29
Patientez...

Il n'est pas nécessaire de changer ta façon d'écrire. Quant aux détails, tu n'as pas besoin de faire une description minutieuse de tout (une vraie manie chez Flaubert), mais simplement veiller à ce que ça tienne debout. Évidemment avec un plan général de l'histoire ce serait plus facile de réfléchir. Mais bon, on fait ce qu'on peut.

Je te propose une méthode. Puisque tu optes pour l'écriture spontanée si j'ai bien compris, rédige un chapitre (ou une scène) et relis-le. Mets-toi à la place du spectateur et essaie d'imaginer les questions qu'il se poserait. Comme ça tu prendras un peu de recul avant de continuer. Pour l'instant ton histoire n'est pas encore très crédible mais on peut la rattraper à certains endroits sans que tu aies besoin de reprendre à zéro.

C'est un peu compliqué de procéder comme on le fait actuellement. Comme tu sais écrire vite, je pense qu'il serait bon que tu termines l'histoire rapidement (d'autant que les lecteurs sont impatients). Essaie de faire court pour aboutir assez tôt même si tu raccourcis les dialogues (on pourra les étoffer plus tard). Comme ça on aura l'ensemble de l'histoire et il sera plus facile de la retravailler, de développer les chapitres en entrant dans les détails... Mais il est important qu'on ait la structure.

Vu que je suis pratiquement le seul à réagir en ce moment et que je vais m'absenter pour 15 jours, je te propose de continuer à écrire ton histoire en essayant de la finir d'ici la fin du mois, sans chercher un résultat parfait (et t'épuiser inutilement) mais surtout à aboutir rapidement pour donner une matière à travailler. Ensuite, on pourra lire l'histoire dans son ensemble et corriger, retirer ou ajouter des passages pour consolider le tout.

Bon été.

Af'

[ Ce Message a été édité par: Af' Le Loup le 04-08-2009 à 17:09 ]
222
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis SdF  Profil de Af' Le Loup  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

C’est bien comme ça que je voyais les choses. Écrire l’histoire, puis lors de la rédaction du scénario, apporter les modifications nécessaires, tout en conservant l’esprit dans lequel l’histoire a été écrite.
223
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

SUITE

Pourquoi cette proposition ? Depuis que je connais Yanns, j’ai l’impression d’attirer les ennuis.
D’abord le trio, puis Nathan et maintenant cette lettre. Heureusement Jean-Denis?
Pourtant, je ne regrette pas. Je réalise que je m’oublie, que j’oublie un peu ma misère, mes fantômes, ma souffrance.

L’après-midi s’éternise. J’ai la tête un peu ailleurs et en regardant ma montre, je peste contre la lenteur, du temps qui passe.

-Je ne sais pas quoi faire !
Les premiers mots de Jérôme, quand enfin, je le retrouve à la fin des cours.
Un instant, je me remémore un peu, les termes de cette lettre, et sans trop y croire,
-A ton avis, ça peut-être une plaisanterie ?
-Je ne crois pas ! Tout aujourd’hui, j’ai été attentif à ce qui se passait et je n’ai rien vu de particulier. Un, ou des plaisantins, auraient cherché une réaction de ma part, enfin, c’est ce que je pense !
-Un appel au secours ?
-Peut-être, mais comment savoir ? Et puis, pourquoi moi ?
-Je ne sais pas ! Tu n’as vraiment rien remarqué ? Pas vu une personne qui te tournait un peu autour, qui te regardait bizarrement ?
-Non, je te dis ! Rien de rien !
-Et tu es sur, que c’est quelqu’un du collège ?
- Tout ce que je sais, c’est qu’en arrivant mardi, je n’avais rien dans les poches de mon blouson ! Et ça, j’en suis certain !
Jean-Denis arrive, salut Jérôme.
Visiblement ils se connaissent
-Alors, qu’est ce que vous complotez ?
Jérôme me regarde, m’interroge du regard, comme s’il me demandait mon assentiment. D’un signe de tête je lui donne mon accord.
Jean-Denis vient de finir de lire et comme un boomerang, il nous renvoie les mêmes regards d’incrédulité, les mêmes questions.
La discutions devient vite stérile et Jérôme, peut-être plus pratique que nous, plus impatient d’agir, hausse un peu la voix.
-Alors, on fait quoi ?
Jean-Denis impatient,
-Ecoute, c’est toi qui a reçu cette lettre, c’est toi qui est visé? C?..
-Mais si on s’était trompé de blouson ?
Mon cerveau tourne à plein régime.
-Jérôme ! Vraiment tu penses quoi ? C’est une plaisanterie ou pas ? On s’est trompé de blouson ou pas ? Tu as envie d’agir ou pas ?
Avec Jean-Denis on le voit se concentrer, froncer les sourcils, nous regarder, puis
-Je n’ai aucune certitude, mais je vais faire comme si c’était sérieux et comme si c’était moi qui étais visé !
-Qu’est ce que tu vas faire ?
Je le regarde et dans ses yeux je peux voir une étincelle, qui reflète le désir de se battre, la colère ou la détermination d’un guerrier, qui part au combat.
-Je vais chercher ! Dans sa lettre, il cite deux copains ! Michel et Axel ! Je connais plusieurs Michel mais pas d’Axel ! Je crois que je vais commencer par-là !
-Ecoutes, on va t’aider mais pourquoi tu dis ?il?
-Je ne sais pas ! C’est vrai, c’est peut-être une fille après tout !

Le lendemain, nous avons cherché, chacun de notre côté, un garçon répondant au nom d’Axel.
Deux, nous en avons trouvé deux. Mais aucun n’a pu nous aider.
La rumeur s’est répandue dans le collège que nous cherchons ?Michel? et plusieurs garçons, sont venus nous voir, pour savoir ce que l’on voulait.
Nous sommes ensemble, quand ? Un Michel?, après avoir été informé de ce que nous souhaitons, nous indique que sa copine Léa, déprime depuis quelque temps et qu’un de ses copains du ?ping?, qui se prénomme Axel, connaît lui aussi la jeune fille. Tout semble coller.
Nous avons laissé Jérôme avec Michel.
Plus tard, il viendra nous dire que Léa est absente du collège, depuis deux jours et que Michel passera la voir ce soir, chez elle. On aura des nouvelles après le W-E.
224
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
sems
Membre actif

Nous a rejoints le : 09 Avr 2009
Messages : 117
Patientez...

SUITE

Dimanche, je suis invité à manger chez Jean-Denis. J’ai la bonne surprise d’y retrouver Nathan.
Toujours un peu effacé, ils nous regardent timidement et quand il parle c’est comme s’il s’excusait. Il ne semble pas nous en vouloir pour son père et souhaite remercier Yanns de l’avoir aidé.
Il faut l’obliger à partager nos jeux et il ne manifeste, aucune volonté de gagner. Il semble venir d’un autre monde, d’un monde où le moindre plaisir, la moindre initiative peut-être fatal, où exister, est déjà une erreur.
Pourtant, en fin d’après-midi, il se surprend à rire de bon cœur. Gêné, il s’arrête, nous regarde, baisse la tête. Avec Jean-Denis, sans se concerter, on fonce sur lui et bientôt ses rires éclatent dans la maison. C’est vrai, on le chatouille.
En riant, il nous supplie de stopper, chose que nous faisons sagement. Vite, vite il se rend aux toilettes.
Quand il revient, je suis content, un large sourire lui éclaire le visage.

Lundi Matin, Je retrouve Jean-Denis dans la rue, pendant que Jérôme et Michel, nous attendent au portail, devant le collège.
-Salut !
-Salut !
-Michel vient de me dire que Léa est à l’hôpital !
-Qu’est ce qu’elle a ? C’est grave ?
-Elle a pris des médicaments !
Je comprends et je me rends compte, que certains mots, sont difficiles à dire.
Je me force un peu.
-C’est un accident ou une tentative de suicide ?
-D’après ses parents, elle a voulu mourir !
-Pourquoi ?
-Personne ne sait !
-On peut aller la voir, s’inquiète Jean-Denis ?
-Pas nous ! Enfin je crois ! À mon avis Michel et Jérôme devraient y aller d’abord ! Vous pensez y aller quand ?
-Ce soir après les cours !
-Bon ! Voyez si elle veut bien nous recevoir, mercredi après-midi avec Jean-Denis ! Jérôme, et toi Michel, vous viendrez avec nous ?
-Non, moi je ne peux pas, j’ai une compétition !
-Et toi Jérôme ?
-Pas de problème.

Léa veut bien nous recevoir.

Mercredi après-midi, Nathan qui semble se plaire chez Jean-Denis veut venir avec nous.
Sa maman d’accord, nous nous dirigeons vers l’hôpital et pour la première fois Nathan marche entre nous. Moi d’un côté, Jean-Denis de l’autre et s’il ne parle pas beaucoup, ce n’est pas grave, le soleil brille dans ses yeux.
Nous rejoignons Jérôme qui nous attend à l’entrée du service.
Le panneau indique : Niveau 3 psychiatrie.
-Alors Jérôme, comment elle va ?
-Hier soir, elle allait bien. Maintenant, on va savoir !
Puis en regardant Nathan.
-Et toi, tu es qui ?
-Je m’appelle Nathan, je suis un?Un copain de J-D et de Damian !
-J-D? Qui c’est ?
-Et bien, Jean-Denis !
-Ah bon !
Il regarde Jean-Denis
-Tu le savais ?
-Non, mais à ne me gène pas ! Ok pour J-D
Après avoir frappé à la porte 305, nous entrons à la suite de Jérôme.
Visiblement, la jeune fille à demi-assise, écrivait.
Jérôme, suivi de Nathan, s’approche du lit, se penche et embrasse Léa.
-Bonjour !
-Bonjour
Nathan bientôt suivi de J-D (Pourquoi pas) et de moi-même, embrassons Léa.
Les bonjours se succèdent.
Le visage de porcelaine, qu’encadre une longue chevelure brune, affiche un triste sourire, qui semble forcé. Elle a vraiment l’air fragile et dans sa blouse d’hôpital les formes disparaissent.

Un moment, le silence semble rebondir entre les murs, une ombre tombe dans la chambre, ombre de tristesse?

Le premier, Jérôme réagit.
Il fait les présentations, puis,
-Comment vas-tu ?
-Ho ça va, je me repose !
-Qu’est ce que tu faisais ?
-Le psy, m’a demandé d’écrire, ce que j’ai ressenti quand je me suis réveillée ! Tu veux lire ? Tu sais j’aime écrire? À part Nathan, nous sourions tous à cette observation.
-Je peux ?
-Bien sur ! Elle lui tend le cahier.
Sans façon, Jérôme s’assoit sur le bord du lit, et commence sa lecture.
-Au fait, je voulais vous remercier !
-Pas de problème Léa, l’important maintenant c’est que tu te remettes le mieux possible, car dès ta sortie, tu vas avoir des chiens de garde redoutable, qui ne vont plus te lâcher !
Et en regardant Nathan,
-Et lui, j’ai l’impression qu’il ne sera pas le dernier.
Léa sourit.
Jérôme a fini. Il regarde la jeune fille, puis me regarde, me tend le cahier en demandant.
-Je peux lui donner ?
C’est timidement qu’elle répond.
-Oui !
Et je lis. C’est vrai que son écriture soignée, invite à la lecture, mais les mots?
Les mots sont de douleurs, ils font mal.

<< Les brumes de l’inconscience dans lesquels m’avait plongé le sommeil, se dissipent.
Je sursaute, me frotte les yeux. Il m’est difficile de réaliser que je viens de rêver. D’abord incrédule, l’évidence finie pourtant par s’imposer. J’ai rêvée ma mort comme un cauchemar et la difficulté de quitter le pays, dans lequel je m’étais réfugié, n’est pas uniquement due à ses multiples défenses, mais plutôt à l’immensité de son no man’s land, où la brume et plus souvent encore le brouillard, me dissimulait le seul chemin que je voyais clairement.
Cette partie du territoire où espoir et désespoir ne faisaient qu’un, n’était éclairée que par une seule couleur. Le rouge.
Les ombres de mon âme, alors, chevauchaient allégrement, sur les ailes de l’oublie, en portant les restes, de ma raison défaillante.
Parfois, le regard bienveillant d’un inconnu, ou bien la main d’un copain posée un instant sur mon épaule, me ramenait pour un temps, dans ce monde que je n’aurais jamais dû quitter. Pourtant, très vite, comme aimantée par ce territoire, je leur tournais le dos.
La peur de ce monde où ils voulaient m’entraîner? Non ! Ce n’est pas la peur ! C’est plutôt que je me sentais exclus de ce monde, qui ne me semblait pas fait pour moi.
Je ne sais pas, je ne sais plus qui je suis. J’ai mis toute ma volonté au service de ce désir de mourir? Je me suis trompée. Les fils de la vie étaient bien trop solides pour rompre sous le seul poids du désir.
Mes anges gardiens existent. Ils m’ont pris en otage et n’ont pénétré mon rêve, que pour me permettre de vivre mes idées noires et mon cauchemar.
Petit à petit, des brides de souvenirs me reviennent en mémoire.
Je revois une blouse blanche me prendre dans ses bras, j’entends une sirène ? Non ! Non je ne peux pas, je ne peu plus? Je secoue la tête, je refuse ce souvenir. Je reprends mes esprits, un peu de conscience, c’est mieux. Une longue respiration me permet de reprendre le contrôle de mes pensées, car cette nuit, j’ai perdu le contrôle de mes émotions, de mon imagination et je n’ai pas rêvée>>.

Je m’approche pour lui rendre son cahier, je résiste à l’envie de la prendre dans mes bras, de la serrer fort. Elle me semble si petite, si fragile et je me contente d’un,
-C’est fini ! Mais Pourquoi Léa ? Oui pourquoi ?

Le silence, plus épais qu’un mur, brise les volontés.
La seule réponse, c’est cette larme qui glisse lentement de sa joue. Elle semble criée et avoir mal et ne retrouve la paix, quand, de la pointe du menton, elle va s’échapper.

Jérôme intervient !
-Léa, pourquoi moi ? Pourquoi tu as choisi mon blouson, pour la lettre ?
-Je ne sais pas? Je crois parce que t’es scout !
-Tu le savais ?
-Oui ! Dans la cour du collège, j’avais entendu une conversation, tu parlais d’un camp, que tu avais fait avec les scouts !
-Et alors ?
--Alors, je ne sais pas? Tu représentais un espoir, comme une petite lumière dans la nuit? J’imaginais que tu n’étais pas comme les autres, que tu saurais peut-être quoi faire? Tu étais comme une bouée, qui ne se dégonflera pas.
-Mais tu avais tes parents, tu avais Michel, tu avais Axel ?
-Je ne sais pas pourquoi ? je sentais qu’ils étaient trop proches! Peut-être la peur de leur faire du mal? Ils me connaissaient trop !
-Pourtant, après la lettre dans mon blouson, tu as pris des médicaments ?
-Oui ! Mais je crois que je ne voulais plus trop mourir ! Les médicaments, c’était comme la lettre?
Léa me semble épuisée. Je m’approche de Jérôme et la main sur son épaule,
-Jérôme ! Je crois que Léa a besoin de se reposer.
Il me regarde comme s’il sortait d’un rêve ou d’un cauchemar.
-Oui ! Oui tu as raison !
Les adieux sont brefs, mais pleins de chaleur.

À la sortie de l’hôpital les commentaires vont bon train.
Elle est sympa.
Elle est jolie.
Pourquoi elle a fait ça.
Etc.
Et si chacun dans sa tête, se demande si elle va s’en sortir, personne ne posera la question.
225
Infos sur le membre et actions possibles
  Profil de sems  Message privé      Répondre en citant
..Chevreuil..
Cervidé
  
TECHNIQUE: 25 points
BONNE HUMEUR: 31 points
Forêt : Campeur
Nous a rejoints le : 13 Sept 2008
Messages : 877

Réside à : France
Patientez...

Désolé, je n'ais pas lu les débats, seulement le déroulement .

Il devient de plus en plus hostile ton univers ! et J-D, il est scout ?

En ce qui concerne la musique, quelqu'un sait-il mettre un fichier MIDI en ligne ? si oui, je lui envoie par mail !

-.-.
226
Infos sur le membre et actions possibles
  Je suis un cervidé  Profil de ..Chevreuil..  Message privé      Répondre en citant
  technique
  bonne humeur
RSS 

 

 

Semper Parati Scoutopedia, l'encyclopédie scoute

© Fraternite.net | contact
webmestre@fraternite.net